riflard

date : 1825 registre ancien : 8 registre moderne : 6 fréquence : 25

riflard

& rifflard ; riflar

n.m.

Parapluie ALL : Regenschirm / ANG : an umbrella

Synonyme : parapluie

4371.jpg: 867x583, 74k (06 juillet 2011 à 18h48)

1886 Mais le frémissement de la lèvre trahit les ardeurs du convaincu, et le « prenant » de la voix dénonce l'âme de ce porteur de riflard 1886. L'Insurgé (Jacques Vingtras - III)
1929 des valises poussiéreuses et des riflards en cotonnade 1929. Je suis un geux
1936 Il y avait aussi les deux popes, abrités d'un immense riflard aux baleines cassées, qui faisaient girouette au moindre zéph. 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient

<3 citation(s)>

RIFLARD, subst. masc. Pop. Parapluie, de grande taille le plus souvent. Le parapluie, ne valait rien. En trois mois, il fut hors de service (...). Oreille, exaspéré, ordonna à sa femme de lui choisir un nouveau riflard, en soie fine, de vingt francs (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Parapluie, 1884, p. 445). Ce n'est pas de la vraie grêle, dit Justin, c'est du grésil, de la saleté. Mais c'est mauvais pour les gibus. Je vais ouvrir le riflard (...). Nous avancions, sous la rafale, serrés les uns contre les autres (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 31). Prononc. et Orth.: [ʀifla:ʀ]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1825 (Désaugiers et alii, Le Marchand de parapluies, p. 47 ds Quem. DDL t. 19). Empl. comme n. commun de Riflard, n. d'un personnage de la comédie de Picard (Théâtre, t. 3, Pte ville, 1801) qui portait un énorme parapluie. STAT. − Riflard1 et 2. Fréq. abs. littér.: 17. BBG. − Migl. Nome propr. 1968 [1927], p. 195. (tlfi:riflard) /

  • riflard n.m. non conv. ACCESS. "parapluie" - FEW (10, 401a), R, GLLF, BW6, Lex.[75], ND4, PR[77], 1828 ; L, ø d. Compl.TLF (mêmes réf., ø texte)
    • 1825 - « CHATELLERAUT. [...] dites donc, marchand d' parapluies [...] vous pouvez vous promener en dehors, vous et vos rifflards... çà vous défrise un peu, mon neveu. [...] Dans tout pays, dès que l' brouillard / Annonce qu'il va tomber d' z' halbardes, / C'est à qui s'arm'ra d'un rifflard, / Vu qu'on n' veut pas gâter ses hardes.» Désaugiers, Lafontaine, Vanderburch, Le Marchand de parapluies, 8 et 47 (Brunet) - P.E. (bhvf:riflard) /

Le mot date de Picard et de la Petite Ville, comédie dans laquelle un personnage nommé Riflard ne marche qu'accompagné d'un parapluie (DELV) ; mais au XVe siècle on trouve déjà ce mot avec un sens satirique et bouffon : par exemple le personnage le plus important de la Passion (de Arnould Gresban) est un berger nommé Rifflard ; plus tard le mot rifflard fut appliqué aux sergents (cf. charte citée par Ducange) ; dans sa comédie, Picard n'a fait qu'emprunter ce nom à Arnould Gresban (VIR) / Ce mot est dû à la pièce de Picard, 'La Petite Ville' jouée en 1810 : l'acteur chargé de jouer Riflard y portait un énorme parapluie (LARCH cité par GIR) / Du nom d'un personnage de la Petite Ville (1801), comédie de Picard (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).