ma Tante

date : 1823 registre ancien : 7 registre moderne : 4 fréquence : 42

ma Tante

& ma tante ; ma Tante ; chez ma tante ; chez ma Tante ; tante ; □ mettre chez ma tante ; porter chez ma tante ; engager chez ma tante

n.f.

Mont-de-Piété, Crédit Municipal ; □ engager au Mont-de-Piété (prêt sur gage) ; (aux enfants trouvés) ALL : Leihhaus / ANG : (my uncle) pawnbroker / IT : monte di pietà

Synonyme : mont-de-piété, prêteur sur gages

436.jpg: 375x500, 28k (06 juillet 2011 à 18h48) 436_chez_notre_tante.jpg: 468x643, 103k (03 février 2018 à 18h24)

1935 Je rentrai à l'hôtel, pris dans ma chambre trois chemises-culottes que Simone avait abandonnées chez la blanchisseuse, et les portai au Crédit Municipal. Je me souviens d'avoir payé ça cent soixante francs pièce ! Marthe aurait apprécié le cadeau, je pense. Ma Tante m'offrit vingt francs du tout. 1935. Viande à brûler
1851 Et comme j'avais besoin d'argent, en attendant la somme qu'il devait me laisser, je me suis permis pour quelques jours… –Comment donc ! l'habit d'un oncle… chez ma tante ! –Ça ne sort pas de la famille 1851. En manches de chemise
1875 qui vont chez ma tante, c'est là le mot familier, afin d'avoir de l'argent qui permette aux uns d'aller au théâtre, aux autres de ressaisir les cartes et la veine 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
1834 Il y a un enfant de fait ? eh bien ! qu'on s'en débarrasse ! qu'on le mette en pension chez ma tante ! Ni vu ni connu, et voilà ! 1834. Les deux mansardes parisiennes, dans Paris ou le livre des cent-et-un
1916 –La première de ma vie [une montre en argent], dit-il orgueilleusement, que j'aie gardée plus de trois mois avant d'aller la porter chez « ma tante » pour la boire ! 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre
1854 Quand on ne reçoit rien de son père, il faut avoir recours à sa tante… (Riant.) Ah ! ah ! sa tante… c'est un mot de Paris. 1854. Les rues de Paris. Mélodrame populaire en 6 actes et 8 tableaux

<6 citation(s)>

3. Pop., fam., vieilli. Ma tante. Mont-de-piété. Synon. pop. clou (v. ce mot B 4).Sa femme ne peut donner que six mille francs, et encore a-t-elle accroché chez ma tante pas mal de breloques (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 305).Demander cela à Élysée, à ce grand bohême qui connaissait tous les monts-de-piété parisiens (...)! S'il connaissait le clou! s'il connaissait ma tante! (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p. 214).V. oncle B 2 c ex. de Balzac. 2. 1823 « le mont-de-piété; prêteur sur gages » (La Vie de garçon dans les hôtels garnis de la capitale, p. 7 ds Quem. DDL t. 22) (tlfi:tante) /

  • tante (ma -) loc. nom. f. arg. ARG. "mont-de-piété" - E, GLLF, Lex.[75], PR[77], 1827 ; R, 1833, Balzac ; L, cit. Ch. de Bernard ; ND4, 1867, Delv. Compl.TLF (mêmes réf., ø texte)
    • 1823 - «De ce côté, Eulalie achève une broderie, afin de retirer son schal de chez ma tante et faire ses farces à Marbeuf [...]» [P. Cuisin], La Vie de garçon dans les hôtels garnis de la capitale, 7 (2e éd.) - J.Hé. (bhvf:tante) /

« terme ironique à l'adresse de ceux qui déguisent la source d'un emprunt en disant qu'ils ont eu recours à leur famille », LARCH ; cf. Balzac, Une fille d'ève, Oeuvres, t. II, p. 110 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).