lof

date : 1740 fréquence : 16

lof

& loffe ; loff

Bête, sot, naïf, imbécile, maladroit ; malade, fou ; innocent ANG : silly / semplice [simple], schietto [franc]

Synonyme : imbécile, idiot, bête

1829 Cartouche et Mandrin étaient des loffes au vis-à-vis de lui 1829. Mémoires d'un forban philosophe 1844 Loffes ! 1844. Les vrais mystères de Paris 1828 quand j'y pense, fallait-il que je fusse loff pour donner dans un godan pareil 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs 1790 Est-ce que j'ai besoin, reprit l'arrivant, que tu me refiles le bagou ; crois tu que je suis si loffe que de débiner 1790. Le Rat du Châtelet 1801 [un acteur s'appelle : SOTTELOF] 1801. Les foux hollandais, ou l'amour aux petites maisons, comédie en deux actes, en prose. Par Bignon et Claparède, comédiens. Représentée, pour la première fois, sur le théâtre de la Cité, le 13 brumaire an IX 1911 S'il existe, le bon Dieu il ne doit pas être assez loffe pour fourrer son naze dans toutes les affures qu'on bricole sur la ronde ! 1911. Le journal à Nénesse <6 citation(s)>

Du langedocien lofi, loufo : nigaud, imbécile à côté de la forme amplifiée loufoque. Se lit dejà dans un document de 1790 : loffe (SAINXIX) / Orig. incert., probablt provençal lofi, lofio, de lofi «pet» (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 581