faire Kamarad

registre ancien : 4 fréquence : 15

faire Kamarad

& faire Kamarade ; faire camarade ; faire Kamerad ; Kamerad ; Kamarade

locution

Se rendre (pour un Allemand), appel à la pitié du soldat allemand ; pour dire à un soldat français de se rendre, ce que dit l'Allemand pour avoir la vie sauve, se rendre, se déclarer vaincu, se faire faire prisonnier ; fig. se rendre, céder

Usage : militaire, guerre

41588.jpg: 429x650, 84k (22 août 2011 à 23h15)

1918 Amadoué obligea trois Boches qui avait fait : Kamarade ! à rapporter dans nos lignes le capitaine de Ternières 1918. Le roman d'un Sénégalais 1916 Une rafale brutale, et tout de suite des cris, souffrance et terreur : « Kamerad ! Kamerad ! » 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1917 les premiers assaillants se trouvaient déjà à portée de grenade. –Les voilà ! cria-t-il en empoignant son fusil. –Kamarade ou kapout ! hurlait le plus proche. / Mais Juvenet, sans épauler, le descendit d'une balle, au jugé. 1917. Mémoires d'un rat 1914-1919 Nous avons pris vingt à vingt-cinq prisonniers, qui font fait « camarades ». 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1918 C'était un spectacle « jamais vu » que celui de ce grand appareil, à immenses croix noires, désarmé, tout proche, vaincu ; de ce mort et de ce pilote affolé faisant camarade « en l'air ». 1918. Notes d'un pilote disparu (1916-1917) 1915 Moi, je me suis placé devant les Allemands et les menace de mon revolver. L'homme que tient Jollivet murmure d'un ton suppliant : –Kamarade !... Kamarade !... 1915. Les poilus de la 9e 1914-1919 Une trentaine de Boches qui errent sur le bled, cherchant à se rendre, me voyant les manches retroussées jusqu'aux coudes et plein du sang des blessés […]. Ils se jettent à plat ventre en hurlant : « Kamerad ! Pas kapütt !! » 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1914-1919 Des quantités de Boches errent dans nos lignes et ne cherchent qu'à se rendre, faisant Kamerad et se jetant à genoux dès qu'on les interpelle. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1956 Je biche mon petit sésame, cet inséparable compagnon qui ne quitte ma poche que pour plonger dans les serrures et je trifouille celle-ci… Un minuscule claquement et elle fait camarade. J'entre dans la strass, je referme la lourde 1956. Fais gaffe à tes os <9 citation(s)>

Les soldats allemands, lorsqu'ils se rendent, lèvent les bras en criant : kamerad ! (Dauzat1918) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 880