mufle

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1824 registre ancien : 7 registre moderne : 3 fréquence : 69

mufle & muffle ; muffe ; mufe ; muff ; muf ; sale muffle n.

Personnage grossier, désagréable, ingrat, sans délicatesse, impoli, qui se conduit mal, goujat, mal élevé ; sot, imbécile, crétin, lâche, insulte ; bourgeois (péj.) ; terme de mépris employé par la prostituée (contre mauvais client, contre mauvais souteneur) ; (maçon)

Synonyme : insulte, imbécile, idiot, bête, grossier, individu grossier, impoli, maçon

1863 Monsieur le président, si jamais le trône des mufles devient vacant, vous aurez des chances. 1863. Le dernier jour d'un condamné 1863 (À l'abbé.) Est-ce qu'il est en or, vot' crucifix, ô mon père ?… –Non, ô mon fils… l'Église est trop pauvre… c'est de l'argent doré. –Ah ! vieux floueur ! vous collez ça pour de l'or à vos paroissiens !… Vous faites bien !… ces mufles-là… 1863. Le dernier jour d'un condamné 1886 –Fermez donc vos boîtes, tas de mannequins ! –C'est pas toi qui la feras fermer, hé ! muffe ! 1886. Paris oublié 1910 risquer de démolir l'alliance franco-russe pour une somme de quinze francs, eh bien !… c'est trop mufle tout de même 1910. Contes de l'étape 1878 deux jours après, crac, ma cave est dégarnie. Elle s'en va rincer le bec aux mufles, aux rails et aux curieux. 1878. Le colporteur bandit 1939 Chateaubriand, m'a-t-il dit encore, n'a rien à gagner à cette publication. Il est égoïste, se sert de la duchesse, etc. « Un mufle » ajoutait le châtelain de Maucreux 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939) 1888 je comprends qu'on soit muffe et qu'on foire dans mes bottes, oui, je l'comprends 1888. Le train de 8 h. 47 1928 Alors, comme ça, tu me plaques pour le nouveau débarqué ?… C'est tout ce qu'il y a de mufle, mon vieux Ragougnasse… Depuis le temps qu'on fait des affaires ensemble !… 1928. La racaille 1841 Lorsque, au contraire, une prostituée n'aime pas son amant, elle lui donne l'épithète de muf. 1841. Des dangers de la Prostitution ; par Aimée Lucas <9 citation(s)>

MUFLE, subst. masc. C. Fam. Personnage vulgaire, grossier, indélicat. Traiter qqn de mufle; quel mufle! Vous êtes donc le dernier des couards comme vous êtes le dernier des mufles (COURTELINE, Conv. Alceste, Margot, 1888, p. 79). Nous feignons d'oublier que chaque génération d'enfants porte en germe tous les goujats, toutes les crapules et tous les mufles de demain (MAURIAC, Bloc-notes, 1958, p. 170) : 2. Je veux que tout Paris le sache, que le monde entier, monsieur, sache que vous êtes un mufle. Un mufle doublé d'une canaille, une canaille doublée d'un fauve, un fauve doublé d'un niais... DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 227. Emploi adj. Or « l'esprit mufle » est né de l'apport du document humain que les Naturalistes prisaient au premier chef (CARCO, Nostalgie Paris, 1941, p. 173) : 3. ... elle avait depuis peu entendu dire par une femme sculpteur : « On peut s'attendre à tout de la part des hommes, ils sont si mufles », et frappée par la profondeur de cette maxime pessimiste, elle se l'était appropriée... PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 467. Étymol. et Hist. 3. 1824 « lourdaud » (d'apr. BL.-W.1-5); 1830 « badaud naïf » (d'apr. ESN.); 4. a) 1840 « homme mal élevé, sans délicatesse de manières ni de sentiments » (Ac. Compl.) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 853