battre comtois

registre ancien : 10 fréquence : 33

battre comtois & battre comptois ; battre le comtois ; battre un comtois ; battre comptoir locution

Faire le niais, l'imbécile ; servir qqun ; jouer le rôle de compère, faire le niais, faire le compère d'un marchand ambulant ; mentir, simuler, feindre, faire semblant d'ignorer ; tromper, tromper ses complices ; faire un mensonge intéressé ALL : lügen / ANG : to tell a lie / IT : chieder danaro [faute si = demander de l'argent]

Synonyme : mentir, simuler, feindre, nier Famille : battre (simuler, mentir)

1867 allez toujours, vous avez vingt-quatre heures pour maudire vos juges ! Mais si, le lendemain, il les voyait tomber dans une sorte de démence : –Oh ! assez ! criait-il. – On la connaît ; inutile de battre Comtois (Faire le simple). Je dis dire, cependant, que chez beaucoup de condamnés de ce genre, l'idée du déshonneur allait jusqu'à troubler la raison. 1867. Les Malfaiteurs 1887 j'ai battu comtois, c'était dur ! Fallait de l'atout… 1887. En famille - Études d'argot, dans La Chair 1835 « […] Tout ce que dit Lacenaire est faux, reprend-il : j'ignore le motif qui le porte à me charger ainsi. C'est un comtois que dit Lacenaire ». À ce mot d'argot qui signifie mensonge intéressé, l'hilarité de Lacenaire a peine à se contenir 1835. Cour d'assises de la Seine (reconstitution d'après Gazette des Trib., la France, le Bon Sens des 13, 14, 15 nov. 1835), dans Mémoires de Lacenaire, avec ses Poèmes et ses Lettres, suivis de Témoignages, Enquêtes & Entretiens présentés par Monique Lebailly 1828 En attendant, je vais battre comptoir, et il faudra bien qu'il aboule 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs 1828 Ecoute, je n'ai pas d'intérêt à te battre comptoir. Je te le répète, je ne puis pas deviner, et si l'on ne m'avait pas dit que vous avez grinchi du gras-double sur le boulevard Saint-Martin […] tu n'aurais pas maintenant ma visite 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs 1904 Moi, j'suis connu, pas d'danger qu'on vous r'garde de travers, j'réponds de vous. Mais ne cherchez pas à battre comtois et à donner l'change ; i's ont l'oeil fin, les marles 1904. La Maison Philibert 1904 Il bat comtois et ne veut pas parler […] il ne veut pas se mettre à dos le Môme l'Affreux 1904. La Maison Philibert 1891 ce pantre là était jaloux, y me faisait des scènes quand je montais avec un homme, y se cachait dans la ruelle du plumard et si je battais comtois afin que le miché se monte le verre en fleur, y me floppait 1891?. Paris-Impur 1872 Il bat comtois [il nous trompe], boulinguons-le de la sos. 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (3) 1881 une dysenterie intense ; on voyait que cet homme se mourait. Cependant les docteurs, l'accusant, comme ils le disent dans un argot qui a cours là-bas, de vouloir leur « battre comtois » (mentir, simuler une maladie), l'ont chassé de la visite. 1881. Annexe 3833. Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur le régime disciplinaire des établissements pénitentiaires de la Nouvelle-Calédonie 1911 Et mon Théo, après la première secousse, avait bien essayé de conniller, de battre comtois, d'inventer des histoires, de la faire au loufoque, mais macache bono, il était midi ! 1911. Le journal à Nénesse <11 citation(s)>

non

Cette expression est copiée sur la locution jargonnesque battre l'antiffe, feindre le niais, dissimuler, proprement battre l'estrade pour demander l'aumône, d'où la notion de feinte attachée au verbe battre. L'expression est parfois altérée en chiquer contre (chiquer = battre) (SAINXIX) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 328