vanne

date : 1883 registre ancien : 8 registre moderne : 6 fréquence : 52

vanne

& vane ; faire un vanne ; balancer un vanne ; lancer un vanne ; lancer des vannes ; lancer des vanes ; faire des vannes ; sortir des vannes ; envoyer des vannes ; lancer une vanne ; balancer une vanne ; jeter une vanne ; □ pas des vannes

n.m., n.f.

■ (ancien, nm) Discours, boniment ; fausseté : mensonge, boniment ; ■ (moderne, nf) parole désagréable, insulte ; raillerie : méchanceté, pique, sarcasme, pour tourmenter, se moquer de qqun ; humour, plaisanterie, répartie amusante ; □ vrai, sans mentir

Synonyme : raillerie, moquerie, blague, mensonge, insincérité, plaisanterie, blague, farce

3603.jpg: 700x491, 65k (06 juillet 2011 à 18h48)

1897 J'comprends nib de nib à ton vanne, / Mais t'es stingo dans ton complet. / Dans les Pirat's de la Savane, / Y avait un typ' qui te r'ssemblait. / Dis ! j'sens que j'march'rais d'mon voyage… 1897. Hors les lois 1957 Au moment où on déquille, Watt me balance : –Ainsi tu tombes des frangines qui savent lire maintenant, hein ? J'ignore sa vanne et le conduis dans la piaule à côté. 1957?. Dix ans de frigo 1960 Ça sonnait calin comme le duce d'une sous-mac gracieuse, souhaitant la bonne bourre à un couple bien appareillé. La vanne de connaisseuse quoi 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1967 y commencent à lancer des petites vannes 1967. L'argot chez les mineurs délinquants 1966 Ils se souciaient moins de ce qui se passait autour d'eux et passaient leur temps à se « chambrer » (plaisanter) et à prétendre qu'ils ne « chambraient » pas à chaque fois qu'ils lançaient des « vanes » (plaisanteries). 1968. Les barjots 1925 Si tu sais quelque chose sur mon homme, espèce de vieille petite rien du tout, sors-le, mais si c'est un vanne que tu as lancé, tu vas voir si je vais les faire valser, tes faux cheveux ! eh ! figure ! 1925. La bonne vie 1947 Les mignards doivent avoir leurs dabes à la chouette, et n'jamais leur faire de vannes, ni d'entourloupettes 1947. L'argot à l'école - Scène comique racontée en argot par Léon Stolle, dans L'argot tel qu'on le parle, agrémenté de récits amusants racontés en français et en argot 1955 À diverses reprises, j'appelai, je lançai une vanne, une insulte 1955. Les rats de Montsouris 1950 Elle s'était arrêtée et paraissait hésiter, sur le point de me lancer une vanne de taille 1950. Ainsi soit-il 1955 T'es marrant, t'as de ces vannes ! 1955. Pas de pitié pour les caves 1955 Marco en profite pour lancer à son tour un petit vane déplaisant 1955. Pas de pitié pour les caves 1957 P'tit Louis, tu te souviens du vanne qu'il nous a bonni, le jour où on chahutait avec Zizi ? 1957. Les eaux troubles de Javel 1918 J'étais à peu près le seul qui eût pu lui clore le bec péremptoirement mais ses cracs m'amusaient trop pour que je lui fisse un « vanne » aussi désobligeant 1918. Loin de la rifflette 1974 Les vannes que vous balancez sont gratuites. Si vous avez quelque chose à dire, prenez vos responsabilités. 1974. Ancien détenu cherche emploi 1983 J'ai pas pied ! Pas des vannes !!! 1983. Le zonard des étoiles 2009 Il faisait bon vivre dans ce service. Des flics s'interpellaient à qui mieux mieux, d'autres se lançaient des vannes après s'être serré la main 2009. Sang d'encre au 36 1922 qui d'ailleurs n'avait rien remarqué du tout et avait dit cela histoire d'envoyer un vanne. 1922. Au Lion Tranquille <17 citation(s)>

Pop., fam. A. − 1. Propos désobligeant, voire insultant. Synon. pique3, vacherie. Lancer, envoyer des vannes à qqn. Encore une vanne comme celui-là, mec, et je te claque le beignet! (Pt Simonin ill., 1957, p. 289). Ils s'envoient des piques. Ils se balancent des vannes. Ils se traitent de tous les noms (Le Monde, 12 déc. 1985, p. 24).V. parlote ex. 2. Sens affaibli a) Propos fantaisiste, mensonge. Synon. bobard, boniment. Dire des vannes. Qué que c'est ces vannes que tu m'balances, t'es touché, mon pauvre gonce [gars] ! (Dussort, Preuves exist., 1927, dép. par Esnault, 1938, p. 20). b) Repartie spirituelle et souvent moqueuse. Synon. blague2, plaisanterie.Au déjeuner, le gros, pour les vannes marrants, il a mis en veilleuse. Le cœur y était pas (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 164). 3. Mauvais tour, farce. Faire une vanne à qqn. Nous cherchâmes (...) quelle vanne nous pourrions lui faire [au comédien] (...) et nous allâmes corrompre l'accessoiriste (Trignol, Pantruche, 1946, p. 116). B. − P. antiphr. Occasion favorable, événement heureux, chance. C'était une vanne que la maison Poulaga n'ait pas donné signe de vie. Avec tous ces morts qui s'entassaient! (Le Breton, Rififi, 1953, p. 209). Rem. L'empl. du mot au masc. tend à vieillir. Prononc. et Orth.: [van]. Homon. et homogr. vanne1. Étymol. et Hist. 1884 subst. masc. (Moreau, Souv. Pte et Gde Roquette, t. 1, p. 233 : Vanne. − Mensonge. Récit fantaisiste) ; 1893 subst. fém. ici, au sens de « remontrance, semonce violente » (Martellière, Gloss. Vendômois, p. 321) ; 1901 (Rossignol, Dict. arg., p. 109: Vanne. Faire gagner quelqu'un à un jeu arnaqué est lui faire un vanne [cf. p. 6: ... arnaqués parce qu'il y a des trucs qui empêchent de gagner]) ; 1936 subst. fém. (Céline, Mort à crédit, p. 270: Toutes les vannes qu'on peut vous filer avec des paroles). Déverbal de vanner3* ou directement issu de vanner1* à partir du sens de « tourmenter, harasser » et « berner, se moquer de » (v. étymol. et hist. 3 et 4). (tlfi:vanne) /

De vanner au sens métaphorique de « tourmenter » (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 106