souffler

registre ancien : 3 registre moderne : 3 fréquence : 31

souffler & souffler qqun ; souffler qqchose ; souffler à l'oreille locution

■ Dire son rôle à un acteur qui l'a oublié ; ■ dire discrètement, donner la réponse discrètement ; dire à qqun ce qu'il doit dire ; suggérer qqchose ; dire à l'oreille, faire penser à

1914 Mais, en passant à la droite de son chevalier, Mlle Crevette lui souffla à l'oreille : « Tu vas pas lui pousser d'boniments… ou y aura d'la casse ! » 1914. L'exemple de "La Veuve", dans Racaille et parias 1956 Car, un soir, il a eu une idée – ou on la lui a soufflée 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1875 faire des efforts inimaginables, multiplier les questions, aider les candidats, les encourager, les « souffler » lui-même, sans réussir à tirer d'eux une réponse passable 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870 1912 J'étais aimé de mes camarades parce que […] je les soufflais artistement quand on les interrogeait, leur passais, les jours de composition en classe (extemporalia), mes brouillons, les solutions des problèmes, etc. 1912. Confession sexuelle d'un anonyme russe 1942 –Je dis que ces mauvaises paroles et ces mauvaises pensées sont indignes de toi. –Je te répète qu'on ne m'a rien soufflé 1942. L'école des belles-mères, dans Théâtre complet de Brieux (tome premier) 1845 Il se lève d'un air embarrassé et pousse le coude d'un camarade, ce qui veut dire souffle-moi. 1845. Les mystères du collège <6 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 639