troufion

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1894 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 57

troufion & trouffion n.m.

Soldat, soldat de seconde classe, militaire de base, petit troupier, fantassin ALL : Soldat / ANG : a private

Synonyme : soldat, fantassin Usage : militaire, guerre

1965 Les officemars, c'est comme partout, t'avais du bon et du mauvais. T'avais le fayot qui se croyait, et t'avais le mec qui était aussi emmerdé que toi d'être là faire le con. Pour le troufion, question de chance. 1965. La débâcle 1985 Un trouffion qui arrosait la quille 1985. Le retour de la pépette 1942 Un troufion, ça se casse pas la tête. D'autres s'en chargent. 1942. Le bouquet 1957 Devant les grilles, un troufion montait la garde 1957. Les eaux troubles de Javel 1918 qu'il vendait par paquet de dix aux simples trouffions 1918. Loin de la rifflette 1899 Attends, espèce de sale trouffion ! 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou <6 citation(s)>

TROUFION, subst. masc. Pop. Simple soldat effectuant son service militaire. Synon. pop. troupier. L'troufion se démerde bien sur le dos du copain. Quand tu filoches devant une corvée ou qu'tu prends l'bon morceau ou la bonne place, c'est les autres qui écopent (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 38). Mésange lui dénoua le ruban de son tablier, réinventant dans un éclair de génie cette plaisanterie d'un usage courant dans les caboulots à troufions. Allez, dit Pierrot, sers-nous rondement, et sans façon (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 163). Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1894 « troupier » (d'apr. ESN.); 1897 simili-troufion (RICTUS, Soliloques, p. 177). Prob. altér. de troupier* ou troubade* par croisement avec troufion « postérieur » (dep. ca 1874 d'apr. ESN.), lui-même altér. de troufignon*. Troufion « homme insignifiant et bête » att. en 1875 chez BARBEY D'AUREVILLY d'apr. ESN. n'a pu être retrouvé dans les œuvres de cet aut. Fréq. abs. littér.: 13. (tlfi:troufion) /

Proprement : le derrière ; appellation facétieuse donnée par les cavaliers aux troupiers à pied (SAIN-TRANCH) / C'est ainsi que le fantassin est baptisé avec dédain par les cavaliers, artilleurs, qui, chacun le sait, sont d'une essence supérieure (Déch1918) / Probablt altér. de troupier ; d'après fion ou troufignon (GR) / Prob. altér. de troupier ou troubade par croisement avec troufion « postérieur » (dep. ca 1874 d'apr. ESN.), lui-même altér. de troufignon. Troufion « homme insignifiant et bête » att. en 1875 chez BARBEY D'AUREVILLY d'apr. ESN. n'a pu être retrouvé dans les Oeuvres de cet aut. (TLFi) / «Plusieurs années avant la guerre, l'ouvrier parisien appelait plaisamment un homme quelconque un poilu, tandis qu'il nommait le soldat troufion : il entrait de l'ironie dans ce dernier mot, qui évoquait les recrues campagnardes, hébétées et balourdes, à la Polin.» (Dauzat1917MdF) / Le mot pourrait venir du piémontais, gênois, etc. trôffie, pommes de terre (anciennement truffes) cad lourdaud. Sainéan dit que troufion signifie au propre derrière mais c'est une erreur, c'est troufignon (anus) et non troufion (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 347