c'est de l'hébreu

date : 1530 registre ancien : 4 registre moderne : 4 fréquence : 12

c'est de l'hébreu & parler hébreu ; hébreu ; de l'hébreu

Se dit de quelque chose d'incompréhensible, de difficile, d'exotique, d'une langue inconnue ; parler et ne pas se faire comprendre

Synonyme : incompréhensible, difficile à comprendre

1935 Elle nous débita avec fougue un boniment de marchand de coricide, d'autant plus convaincant qu'il foisonnait en termes techniques, de l'hébreu pour nous. 1935. Viande à brûler 1955 Toute cette gymnastique signifiait peut-être quelque chose pour lui. Pour moi, c'était de l'hebreu 1955. Des kilomètres de linceul (Les nouveaux mystères de Paris, 2e arrondissement) 1954 L'autre ouvrait grand ses yeux, comme si on lui eût parlé hébreu 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville 1917 Le Japon, la Serbie, Madagascar et la diplomatie, c'était de l'hébreu pour moi 1917. Trois étapes (Les vagabonds de la gloire - 2e série) 1938 On dirait que je te parle hébreu… Tu as l'air de tomber de la lune. 1938. La grosse galette (Comédie gaie en trois actes) 1898 il ne peut expliquer ces nécessités à tante Nouille. Ce serait de l'hébreu pour la bonne vieille. 1898. Bistrouille à l'armée du salut. Contes du Petit Pioupiou (4e série) 1915 Nous sommes là, tout trois, à nous crever les yeux sur l'écriture qui couvre ce billet que nous avons reconstitué avec peine, mais pour nous, c'est de l'hébreu. 1915. Les poilus de la 9e 1953 factures, papiers. Y'en a en espagnol, en anglais. Pour moi, c'est de l'hébreu. 1953. ...et ça continue ! 1976 Mais ce qui est bon pour toi n'est peut-être pas bon pour « nous ». –Je ne te suis pas. Tu parles hébreu. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza <9 citation(s)>

Loc. fig. (cf. chinois II B 4). a) Parler hébreu. Tenir des propos inintelligibles. − Qu'est-ce qui ne va pas? − Le métier. − Vous venez de tuer un malade? − J'ai fait pis : je n'ai pu le sauver. Mais je vous parle hébreu, ô le plus sage des directeurs! (Estaunié, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 265). b) C'est de l'hébreu. C'est incompréhensible. Ici [dans le métro], avec ces lignes enchevêtrées, ces noms de station qu'il ne savait pas lire, c'était pour lui de l'hébreu (Vialar, Zingari, 1959, p. 30) : 4. Sait-on qui on aide? Sait-on de quels gestes on est capable lorsque le bateau coule? Où commence-t-on à servir les autres et à se servir soi-même? C'est de l'hébreu. Cocteau, Par. terr., 1938, II, 12, p. 266. b) ca 1530 subst. fig. « chose inintelligible » (J. Marot, Œuvres, éd. A. Coustelier, 1723, Rondeau IV, p. 224 : sans argent vous parlez en hebrieu) (tlfi:hébreu) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 346