pucier

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1881 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 46

pucier & se mettre au pucier n.m.

■ Lit ; lit malpropre, vieux lit, mauvais lit, matelas ; ■ > chambre pauvre, en désordre, taudis ; □ se coucher, se mettre au lit ALL : Bett / ANG : bed (nest of flees)

Synonyme : lit

1976 T'imagines un peu la nana qui ferait faire à son client la tournée des hôtels de Paris pour trouver un pucier ? Moi, personnellement, je retiens ma piaule à la journée et je paie le prix fort. 1976. Le nouveau visage de la prostitution 1927 Ne trouves-tu pas qu'on ne peut rester au pucier dans cette pétaudière ? 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1955 Je me mis à quatre pattes et biglai sous le pucier. L'assassin ne s'y réfugiait pas 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement) 1934 Et l'soir j'm'endors dans mon pucier 1934. Il n'est pas distingué 1911 Je lui ai sauté sur la bidoche, je l'ai soulevée dans mes pattes comme un loucherbem qui décroche un quartier de veau et l'étale sur sa carrante… Moi, je l'ai étalée sur le pucier… 1911. Le journal à Nénesse <5 citation(s)>

PUCIER, subst. masc.

Pop. Lit. Moi j'ai pas besoin de grand-chose; elle non plus. Trois chaises et un pucier (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 286). P. méton. Sommeil. Il lui faut ses dix heures de pucier, tout comme à un mignard. Sans ça, monsieur a la cosse toute la journée (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 25).

Étymol. et Hist. 1881 « lit » (RICHEPIN, Chans. gueux, p. 289). Prob. issu, par altér. sous l'infl. de puce, de poussier « lit » (1841, LUCAS, Les dangers de la prostitution ds ESN. 1966), lui-même issu de pous (d'où poussière*) au sens de « balle de blé » (v. FEW t. 9, p. 523b et CELLARD-REY); plutôt que dér. de puce*; suff. -ier* (v. FEW t. 9, p. 569b). (tlfi:pucier) /

là où il y a des puces ; pucier (et non poussier) (HAY) / Par ironie (SAIN-TRANCH) / De puce (GR) / Prob. issu, par altér. sous l'infl. de puce, de poussier « lit » (1841, LUCAS, Les dangers de la prostitution ds ESN. 1966), lui-même issu de pous (d'où poussière) au sens de « balle de blé » (v. FEW t. 9, p. 523b et CELLARD-REY) ; plutôt que dér. de puce ; suff. -ier (v. FEW t. 9, p. 569b) (TLFi) / p... pour lit (FrançoisPléiade) / lit rempli de puces (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 118