cochonnerie

registre moderne : 4 fréquence : 16

cochonnerie & faire des cochonneries ; la bonne cochonnerie n.f.

Obscénité : pratique sexuelle en général ; amour sans durée ; caresse compliquée, obscénité, pornographie, dépravation, scatologie ; spectacle vulgaire

Usage : érotique, sexualité

1976 je commençais à me montrer. Je soulevais ma jupe. J'écartais les jambes. Je montrais mes bas. Je n'avais jamais de culotte. Je montrais mon sexe. […] J'entrais en contact complètement avec l'autre type. On était l'un en face de l'autre. Et c'était à qui serait le plus absolu dans sa cochonnerie. 1976. Dire nos sexualités 2003 Si maman savait qu'on fait des cochonneries pareilles, elle qui me prend pour une sainte ! 2003. La pharmacienne 1893 je me suis décidée à publier nos souvenirs de jouissance, que nos amies, qui en ont lu le manuscrit en se branlant, appellent « des chefs d'oeuvre de cochonnerie, » « l'idéal de la lubricité, » « la dynamite du cul » 1893. Autour du mariage de Paulette ou un bon ménage moderniste 1950 Ce n'était pas en vain qu'elle avait fait des cochonneries à l'impotent, pendant vingt ans. 1950. Monsieur Paul 1921 Ici on est des camarades, pour s'amuser à la bonne cochonnerie. 1921. La femme aux chiens 1990 il faisait un froid à en crever, et il faudrait au moins deux heures, à raison de cinq bonnes minutes par signe, pour venir à bout de ce torchon qui, si ça se trouvait, n'était qu'un tissu de cochonneries 1990. À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie 1903 Il y a une salope qui s'est amusée avec un crayon bleu, à dessiner des cochonneries sur les murs et on a dit que c'était moi. 1903. Les enracinées <7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 590