gerce

date : 1866 registre ancien : 9 registre moderne : 9 fréquence : 32

gerce & gerse n.f.

■ Fille, prostituée, femme de bas étage ; maîtresse ; ■ femme

Synonyme : prostituée, prostitué, femme (général) Usage : prostitution

1867 Piednoir, qui était chic et giroble (De bon ton et beau de physique), y consent, espérant qu'à Hombourg il pourrait lever des gerces (Avoir des maîtresses), or il n'en manquait pas dans ce paclin-là (Pays quelconque). 1867. Les Malfaiteurs 1955 Ça ferait plaisir à Nelly aussi d'aller revoir sa pote Gaby, la gerce à Milou 1955. Mollo sur la joncaille 1981 Et le petit Jules était de la tierce qui soutient la gerce 1981. Rue Saint-Vincent 1888 C'est pas tout ça : où qu'sont les gerces dans ce pays-ci ? 1888. Le train de 8 h. 47 1905 La gerse, c'est tout de même pas ce qui manque, observa un disciple ingénu de Schopenhauer. 1905. Le Tigre & Coqueliquot 1956 ma petite starlette de la nuictée, entre dans l'établissement […]. elle s'installe à une table et se met à faire une terrible esbrouffe, comme une vedette le doit à son public. J'en ai mal aux seins. Souvent la bêtise des gerces me porte au bocal. 1956. Fais gaffe à tes os <6 citation(s)>

Gercer = perdre la fraîcheur de son teint (SAIN-TRANCH) / Orig. obscure ; selon Esnault, d'un mot régional gerce « jeune brebis qui n'a pas encore porté » ; infl. de garce, et de gerce (=teigne) (GR) / 1866 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 119