galette

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1872 registre ancien : 9 registre moderne : 8 fréquence : 107

galette & gallette ; belle galette ; bonne galette ; grosse galette ; sans galette ; à grosse galette ; avoir de la galette ; toucher de la galette ; envoyer de la galette ; Sainte Galette n.f.

Argent, monnaie ; argent, capitaux, richesse ; gain, budget ; somme d'argent, butin ; riche ; louis d'or ; avoir de l'argent ; recevoir de l'argent ; donner de l'argent ALL : Geld / ANG : money

Synonyme : argent Famille : galette (argent) Usage : argent, monnaies

3091.jpg: 474x700, 106k (30 juin 2012 à 20h11)

1900 Oui, je sors de prison… Je viens trouver Raab pour qu'il envoie un peu de galette à Cathelot, qui ne nage pas dans l'opulence… 1900. Mémoires de Rossignol 1914 Mais je ne me plaisais pas [en Angleterre]… Autrement, je serais mieux à la galette… M'a fallu revenir 1914. Mauviette, dans Racaille et parias 1899 mais il l'épouserait surtout pour l'amour de la « belle galette » qu'elle avait su soutirer à la vieille 1899. Escal-Vigor 1907 C'est lui qui comptait ma galette 1907. A la Villette 1933 Mais si elle faisait comme moi pour sa galette, Marianne n'aurait pas un budget aussi bas 1933. C'est vrai 1933 un porte-monnaie avec galette perdu par un des mufs qui passent 1933. Prière de la Charlotte (poème de Noël) 1899 Superbe ! […] Encaisse la galette du vieux, ma fille, nous la mangerons ensemble 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - L'Amour criminel 1936 Tous mes repas sans galette 1936. Où est-il donc 1905 on ne peut pas vivre sans galette 1905. Places de Paris 1950 même que je devais gagner la grosse galette, mais là, je connaissais trop la chanson pour conserver encore des illusions 1950. Ainsi soit-il 1985 moins ils seraient pour partager la galette, mieux cela vaudrait ; surtout pour celui qui resterait 1985. Sûreté urbaine 1899 Elle devait avoir de la « galette », car c'était « chouette » chez elle 1899. Les Mémoires de M. Goron – À travers le crime 1939 Paul Valéry me disait qu'on ne peut pas compter sur un homme de la droite. La droite n'aime rien sauf la religion parce qu'elle protège « la galette » – c'est le mot de Valéry 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939) 1939 Son père l'obligeait, enfant, à voir les dames de la Comédie-Française le Jour de l'An, à leur offrir des vœux et cela en vue d'une « galette » dont le père seul profitait 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939) 1970 Un homme à grosse galette et un personnage influent. 1970. Échelon de destruction 1899 Ousque tu l'as fourrée ? –Quoi ? –La galette [un louis d'or]. 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou 1880 celui qui a recours à un agent officiel quelconque, est tenu pour un traître. Il est […] classé parmi les bourriques (délateurs). Comme tel, il est hors la loi du bagne. Sa galette (argent) et sa cafetière (tête) appartiennent à tous. 1880. Souvenirs de prison et de bagne 1928 Ses projets étaient que si on arrivait à mettre de la galette de côté, on se construirait une bicoque en carton bitumé et en boîtes à sardines 1928. La racaille 1953 Affaire ennuyeuse !… Va falloir avancer sur des oeufs… Famille connue à Paris… grosse galette… grosses relations ! 1953. Prosper en croque 1903 Si on ne croit pas en Dieu, nous, on a un culte pour sainte Galette ! Sainte Galette, priez pour nous et pour nos hommes qui sont dans la « Mouise ». 1903. Les enracinées <20 citation(s)>

GALETTE, subst. fém. C. Au fig., pop. Argent. La pieuse vieille, bourgeoise jusqu'au fond des tripes, avait espéré une entorse du magistrat qui aurait sauvé son argent très-cher, sa douce galette bien-aimée (BLOY, Journal, 1900, p. 40) : Prononc. et Orth. : []. 2. 1837 arg. mangeur de galette « homme vénal qui reçoit de l'argent pour trahir ses devoirs » (VIDOCQ, Vocab. ds SAIN. Sources Arg., t. 2, p. 141), d'où 1872, galette « argent » (ds ESN.). Fém. de galet*, en raison de la forme de cette pâtisserie; suff. -ette*; cf. l'a. norm. gale « gâteau plat » (XIIIe s., Rouen ds FEW t. 4, p. 43a). (TLFi) /

Par anal. avec les pièces de monnaie rondes et plates; à rapprocher de mangeur de galette « homme vénal », 1832 (GR) / Fém. de galet, en raison de la forme de cette pâtisserie ; suff. -ette ; cf. l'a. norm. gale « gâteau plat » (XIIIe s., Rouen ds FEW t. 4, p. 43a). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 732