branleur

registre ancien : 8 registre moderne : 7 fréquence : 14

branleur

& petit branleur

n.

■ Jeune homme (péj.) ; minable, personne inefficace, personne peu active (terme de mépris) ; jeune désoeuvré ; ■ petit voyou médiocre ou vaurien sans envergure ; petit délinquant

Synonyme : voyou, vaurien, truand, criminel

1966 Les trois quarts des gens qui viennent sont des petits branleurs qui ne pensent qu'à baiser. 1968. Les barjots 1966 Jean-René se contente de jouer au fou et de dénigrer le reste de la bande : « Ce ne sont que des petits branleurs qui ne pensent qu'à baiser. » 1968. Les barjots 1982 Mais les J3, c'étaient aussi ces milliers de petits branleurs, vraiment âgés de moins de 18 ans ceux-là, cette foule de petits gars généralement pas méchants qu'on voyait dévaler les boulevards, le samedi soir ou le dimanche après-midi 1982. Histoires de la nuit parisienne 1952 Conard, si tu n'avais pas montré dans l'arbre ta bouille de branleur, on aurait su ce qu'ils voulaient ! 1952. Une fille du tonnerre 1982 Depuis le temps que ce petit branleur faisait la loi dans son salon de thé ! 1982. Qui vous parle de mourir ? 1982 Il n'y en avait que pour les glandeurs et les branleurs de nos jours 1982. Qui vous parle de mourir ? 1998 Vous autres, foutez-lui la paix ! Vous me dégoûtez, tas de petits branleurs ! 1998. Il faut tuer René Dousquet ! 1990 Je me fous de ce que vous aimez ou pas. Pour moi, vous êtes un rigolo et un branleur. 1990. L'étage des morts 2004 Il m'était difficile chaque fois que je m'y rendais de ne pas penser à nos difficultés d'effectifs dans le bled en comparaison avec ces immenses dépotoirs de branleurs et de bras cassés (et ça viendrait se vanter d'avoir fait l'Algérie…) 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne 2004 Au 4e, c'est la bonne ambiance : branleurs et chahuteurs. 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne 2012 Jérémy avait déjà un joli palmarès judiciaire. Rien de très sérieux, c'était plutôt un branleur… 2012. Des clous dans le coeur 2012 Les commentaires hissaient Jérémy au rang inespéré de « grand criminel », alors qu'il n'était qu'un petit « branleur » sans scrupule 2012. Des clous dans le coeur <12 citation(s)>

BRANLEUR, EUSE, adj. et subst. A.− 2. [En parlant d'une pers.] Arg. Qui ne fait rien. Branleur, timide, intellectuel et tout! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 21). B.− Substantif 1. Au masc. Branleur (petit). Individu de pâle envergure qui mène une vie oisive (cf. emploi pronom. de branler). ÉTYMOL. ET HIST. − A. − 1690 adj. bransleur (Fur. : Bransleur [...] Qui bransle. Il n'est gueres en usage qu'en un sens odieux & obsene) − 1797, Gattel ; repris en 1932 par Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 217, et supra. (tlfi:branleur) /

  • branleur n.m. non conv. ÉROT. - ø t. lex. réf. ; absent TLF.
    • 1785 - « On chargea Hercule du même emploi chez les garçons, qui toujours bien plus adroits dans cet art-là /de masturber/ que les filles, parce qu'il ne s'agit que de faire aux autres ce qu'ils se font à eux-mêmes, n'eurent besoin que d'une semaine pour devenir les plus délicieux branleurs qu'il fût possible de rencontrer. » Sade, Les 120 journées de Sodome, part. 1, t. 1, 138-9 (Coll. 10/18, 1975) - R.R.

1874 - Delvau, Dict. érotique mod. (Nouv. éd.) - R.R.

  • Au 20e :
    • 1970 - J. Marks, Harrap's French-English dictionary of slang and colloquialisms - R.R.
  • branleur n.m. non conv. , péjor. CARACT. "individu sans valeur" - DFNC, v. 1920 ? ; DArg., 1982, Perret ; absent TLF.
    • 1901-19 - «"J'vas t' côler une patate [= gifle], espèce de branleur !"» G. Esnault, Métaphores occidentales, 141 (P.U.F., 1925) - P.R. (bhvf:branleur) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 833