étouffer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 25

étouffer v.tr.

■ Cacher, faire disparaître ; ne pas faire apparaître ; ■ prendre, voler, dérober, subtiliser, s'emparer de

Synonyme : voler, dérober, prendre indûment, cacher /se

1969 Je ne me souviens plus comment j'ai étouffé le carré graisseux, mais ce dont je me rappelle, c'est que je me le suis planqué sous la limace et que j'ai été le premier à la décarrade vers le cellulaire. 1969. L'humour dans les prisons 1937 Il n'a d'yeux et de cœur que pour son petit 4 pour 100 ! que les Juifs étouffent aussi d'ailleurs, par la même aubaine 1937. Bagatelles pour un massacre 1801 Chargez-vous d'allumer le feu, / J'étoufferai la braise 1801. Cri-cri, ou le mitron de la rue de l'Oursine, folie grivoise en un acte et en vaudevilles 1956 On s'est demandé ce qu'il voulait en foutre, de ce papier. Trois ou quatre feuilles traînaient sur la table, dans le salon d'attente. Il a profité d'un moment d'absence du garçon de bureau pour les étouffer et se tailler avec 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1952 Ils sont surtout nombreux dans les gares où les chauffeurs malins chargent des bagots (bagages) qu'ils ont souvent la tentation d'étouffer au totalisateur 1952. Mon taxi et moi 1909 et Ribouldingue s'était contenté d'étouffer une boîte de havanes 1909. Ribouldingue se marie, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) 1958 Pas difficile de lui prendre les clefs de la caisse et d'étouffer quelques billets de cent piastres par-ci par-là. 1958. Rage blanche <7 citation(s)>

Du vieux mot estouffer (VIR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 390