coffrer

date : 1562 registre ancien : 3 registre moderne : 6 fréquence : 67

coffrer & se faire coffrer ; faire coffrer v.tr.

Emprisonner, mettre en prison, arrêter ; se faire emprisonner ; faire emprisonner ALL : einsperren

Synonyme : arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, emprisonner

1823 Ces gens-là [rang de larrons] me braillaient sans cesse / Qu'ils étaient des pauvres honteux, / Que des gueux sans délicatesse / Avaient fait coffrer dans ces lieux. 1823. Voyage à Sainte-Pélagie 1648 Mais on a cent decrets contre ce Balafré, / Et les Archers du Guet l'ont peut-estre coffré 1648. L'intrigue des filous 1899 À plusieurs reprises, on l'avait coffré sans pouvoir parvenir à prouver d'une façon certaine qu'il était l'auteur des falsifications de titres relevées 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre 1927 La loi belge sévère pour le duel coffrait, sans crier gare, les délinquants 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1881 La troupe se félicitait de voir ainsi coffrer des bourgeois 1881. Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté 1978 Comment ils peuvent se faire coffrer ? Le type porte plaine ? 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine 1915 Si le Boche nous tombe dessus, il nous coffre par les deux bouts sans que nous puissions remuer. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1977 Mon pere […] / Me voulut pour bien mon bien coffrer à Saint Lazare ; / Et dès le lendemain, sans attendre plus tard, / On me devoit livrer au bon Frere Frapard. 1977. La boum <8 citation(s)>

COFFRER, verbe trans. B. [P. réf. à coffre « meuble servant à enfermer des obj. »] Au fig., fam. 1. Enfermer, mettre en prison. Faire coffrer qqn. Se faire coffrer. Se faire arrêter : 2. Douze gentilshommes furent choisis pour porter cette pièce au roi : à leur arrivée à Paris, on les coffra à la Bastille, d'où ils sortirent bientôt en façon de héros; ... CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 201. 2. Emploi pronom. Se coffrer avec. S'enfermer avec : 3. Sa porte était condamnée, sauf à Albert, qui, assez volontiers, venait se coffrer avec lui; ... P. BOREL, Champavert, Passereau, l'écolier, 1833, p. 184. Étymol. et Hist. 2. 1562 coffrer en prison « mettre en prison » (J. THIERRY, Dict. fr.-lat. ds GDF. Compl.); 3. 1900 technol. (E.-T. QUINETTE DE ROCHEMONT, Cours de travaux mar., p. 212). Dénominatif de coffre*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 77. Bbg. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 87, 276. (TLFi) /

De coffre (GR) / P. réf. à coffre « meuble servant à enfermer des obj. » (TLFi) / Cité dans (FUR) / 1544, «mettre dans un coffre» (GR) / 1. 1544 coffré « mis dans un coffre » (Matthée, Hist. de Theodorite, 71 ro ds QUEM.) 1611, Cotgr. ; 2. 1562 coffrer en prison « mettre en prison » (J. Thierry, Dict. fr.-lat. ds GDF. Compl.) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 559