casser sa pipe

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1791 registre ancien : 8 registre moderne : 7 fréquence : 32

casser sa pipe & casser son tuyau de pipe locution

Mourir ALL : sterben / he broke his pipe (speaking of a dead man)

Synonyme : mourir

1791 il y a fo.... long-temps que je ne t'ai pas vu, j'ai cru, le diable m'emporte, que tu avois cassé ta pipe. 1791. Le diné du grenadier, à Brest 1957 Il se peut qu'il n'ait jamais pensé pouvoir atteindre ses soixante-dix ans, mais je doute qu'il se soit attendu à casser sa pipe aussitôt. 1957?. Dix ans de frigo 1935 On se raconte des histoires avant de casser sa pipe. –Vous êtes fous ? –Non, dit Marius. Demain, on sera tous décédés. 1935. Mer Noire 1979 Et l'a cassé sa pipe tout seul au petit matin 1979. La tire à Dédé 1981 L'a cassé sa pipe, il a calanché 1981. Oscar 1950 si, au fond, on n'est pas simplement solidaire de soi-même, c'est l'instant de casser son tuyau de pipe. Ni fleurs, ni couronnes 1950. Ainsi soit-il 1870 Si le père Alexandre casse sa pipe, je vous demande en mariage 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être <7 citation(s)>

  • pipe (casser sa -) loc. verb. non conv. SANTÉ "mourir" - E, Lex.[79], 1855 ; FEW (8, 561b), GLLF, TLF, GR[85], 1856, Michel ; DELF, 19e ; L, ø d.
    • 1791 - «La Franchise. Très-volontiers, mon camarade. Il y a fo... long-temps que je ne t'ai pas vu ; j'ai cru, le diable m'emporte, que tu avois cassé ta pipe. Coeur-de-Roi. Ma foi, ce n'est pas ma faute, j'ai fo... bien fait ce qu'il falloit pour ça ; mais en revanche je suis bien éreinté, j'arrive du diable ; je viens de l'Inde [...]» Le Dîné du grenadier à Brest, 1 (s.l.n.d.) - P.E. (BHVF) /

On donne pour origine à cette expression qu'un fumeur mourut subitement et que sa pipe tomba et se cassa : quand on l'a relevé, qqun a dit : tiens, il a cassé sa pipe (VIR) / Casser sa pipe et casse-pipe sont deux expr. qui n'ont rien de commun. On disait jadis casser sa pipe en langue de carabins quand le patient, l'opération tournant mal, laissait tomber un certain appareil qu'on lui avait inséré entre les dents pour respirer : c'était une manière de dire chirurgicale et cette pipe n'était pas pour fumer. Rien de tel pour casse-pipe : il s'agit du tir forain où l'on démolit les pipes, en terre blanche, qu'on voyait encore entre les dents des connaisseurs du Quartier Latin en 1920'. Le casse-pipe dans l'infanterie, c'est l'image du front où les tireurs adverses vous visent et vous descendent (Guérin cité par GIR) / P.-ê. du sens de «trachée» (Dauzat), du sens de «tuyau» (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 348