bobine

date : 1829 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 82

bobine & sur la bobine ; avoir une sale bobine ; faire une sale bobine ; (bobine à oxygène) n.f.

Figure, figure désagréable, figure risible, ridicule, visage, physionomie, tête, crâne ; sur le figure ; être laid, vilain ALL : Kopf, Gesicht, Photographie / ANG : head

Synonyme : tête, crâne, visage, figure Usage : anatomie

1977 J'aimais bien sa bobine 1977. Mélusine 1899 Elle a des dents qui viennent d'Angleterre et un chignon ! Pas un cheveu sur la bobine !… Un caillou !… 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour 1929 les apprentis s'exercent la main sur ta bobine 1929. Je suis un geux 1927 il était appelé mufle par les naïves enfants dont la veille il s'était payé la bobine pour faire rigoler des camarades 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1872 Vois donc le meg, a-t-il une bobine ? [quelle tête ridicule] 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (4) 1915 Je suis toujours dans les tranchées, et cette nuit nous avons pris quelque chose comme flotte sur la bobine. 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (3) 1899 Au lieu d'imiter papa, le gamin, enfant ses joues, tâche maintenant de se faire une « bobine » grotesque à la Polin. 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou 1911 Je tâcherai de ne pas faire une trop sale bobine dans le trou aux boules parce que c'est à cette broquille-là que les copains vous reluquent… 1911. Le journal à Nénesse <8 citation(s)>

BOBINE, subst. fém. Arg. et pop. Figure ridicule, expression de la physionomie. Faire une drôle de bobine, avoir une sale bobine : 5. Malheureusement, une « gaffe » était bien loin de paraître à Bloch chose à éviter. Il se tordit de rire : « Tous mes compliments, j'aurais dû le deviner, il a un excellent chic, et une impayable bobine de gaga de la plus haute lignée. PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 777. Arg. Rester en bobine. [En parlant d'une pers.] Rester seul; [En parlant d'une chose] Être en gage. Mettre en bobine (des objets). Mettre en gage. Rem. 1. Synon. bobinasse. Tête (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1905, p. 422). 2. Bobine peut encore signifier a) Montre (cf. bobineau); b) Jeu de hasard. Taper la bobine (A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 52; cf. bobinette). B. [P. anal. de forme] Étymol. ET HIST. 2. a) 1829 arg. « figure, visage » (BÉRANGER, Chansons, t. 1, p. 179); b) 1846 (L'Intérieur des prisons, p. 240 : Bobine. Figure risible). 1 prob. dér. du rad. onomatopéique bob- exprimant le mouvement des lèvres (FEW t. 1, s.v. bob-; v. aussi GUIR. Étymol., p. 82), donc ce qui est enflé, cylindrique. L'hyp. d'une orig. déverbale de bobiner*, dér. dimin. de l'a. fr. baubeter « bégayer, bredouiller » [XIVe s. dans GDF.], lui-même dér. de baube « bègue » [1256, ibid.], du lat. balbus (balbutier*), le bruit de cette parole embarrassée étant assimilé à celui de la bobine du tisserand, est moins satisfaisante du point de vue sém. 2 plutôt p. ext. de 1 en raison de la forme sphérique de cet objet que par dér. du m. fr. bobe « moue, grimace » fin XIVe s. (E. Desch. dans GDF.) issu de la même racine onomatopéique bob- (J. RENSON, Les Dénominations du visage en fr. et dans les autres lang. rom., Paris, 1962, t. 2, p. 448). BBG. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 84. SAIN. Lang. par. 1920, p. 374. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 427. (TLFi) /

Allusion de forme (SCHW1889) / Par ironie (SAIN-TRANCH) / Prob. dér. du rad. onomatopéique bob- exprimant le mouvement des lèvres (FEW t. 1, s.v. bob- ; v. aussi GUIR. Étymol., p. 82), donc ce qui est enflé, cylindrique. L'hyp. d'une orig. déverbale de bobiner, dér. dimin. de l'a. fr. baubeter « bégayer, bredouiller » [XIVe s. dans GDF.], lui-même dér. de baube « bègue » [1256, ibid.], du lat. balbus (balbutier), le bruit de cette parole embarrassée étant assimilé à celui de la bobine du tisserand, est moins satisfaisante du point de vue sém. ; [sens risible] plutôt p. ext. en raison de la forme sphérique de cet objet que par dér. du m. fr. bobe « moue, grimace » fin XIVe s. (E. Desch. dans GDF.) issu de la même racine onomatopéique bob- (J. RENSON, Les Dénominations du visage en fr. et dans les autres lang. rom., Paris, 1962, t. 2, p. 448). (TLFi) / On pourrait aussi penser à bobine = où il y a du fil, des cheveux, dévidoir, si le premier sens = crâne plutôt que physionomie (GB) / 1829 (GR) / 1829 arg. « figure, visage » (BÉRANGER, Chansons, t. 1, p. 179) ; 1846 (L'Intérieur des prisons, p. 240 : Bobine. Figure risible) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 978