retourner

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre moderne : 4 fréquence : 5

retourner & retourner qqun

Faire changer de camp, faire passer un ennemi dans son camp, faire trahir, faire changer qqun d'opinion

1935 Le procès est jugé, et l'orateur s'évertuera en vain à retourner ces hommes d'autant plus opposés à la mise en commun des femmes qu'ils n'ont jamais couché qu'avec des putains. 1935. Mer Noire 1969 Il a collaboré par conviction. Le policier comprend qu'il peut le retourner 1969. Les flics 1927 Nous retournerons le corps électoral en un tour de main 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1983 c'étaient, pour la plupart, des agents secrets que les Allemands avaient retournés à l'insu des Alliés 1983. Le soleil qui s'éteint <4 citation(s)>

c) Retourner qqn. Changer radicalement ses dispositions vis-à-vis de quelqu'un, le faire changer de camp. Ne te donne pas la peine, va! J'ai compris... Oh! du reste, je n'avais pas beaucoup d'illusions en partant. Je pensais bien qu'elle viendrait à bout de te retourner! (Bourdet, Sexe faible, 1931, iii, p. 453).Retourner (un agent, un espion). Le contraindre à travailler contre son camp. Après avoir « retourné » un agent, elle [la Gestapo] le fait rouler en voiture, des heures durant, dans les quartiers où il a eu ses rendez-vous (G. Perrault, L'Orchestre rouge, 1971 [1967], p. 340). C. 1. a) Déb. xiiies. retourner qqn « le faire changer d'avis » (Vie des Pères, ms. Lyon, 772, Bullet. A. T., 1885, p. 79 ds Gdf. Compl.); (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 584