faire tintin

date : 1935 registre moderne : 8 fréquence : 11

faire tintin & faire tin-tin ; faire tintin ballon locution

Jeûner, être privé de qqchose, ne rien obtenir, ne pas profiter de qqchose, ne pas avoir qqchose, se passer de qqchose ; échouer, ne rien gagner (cheval aux courses) ; échouer à séduire une femme (ne pas baiser)

Synonyme : être privé, ne pas avoir, jeûner, échec, insuccès, échouer, manquer

1947 toutes leurs entourloupettes ont été loupées, et les plus marles ont fait tintin 1947. Discours de Rosière, raconté en français et en argot par Marcus, dans L'argot tel qu'on le parle, agrémenté de récits amusants racontés en français et en argot 1955 –Et Tintin ? Là-dedans ? –Il fait tintin 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement) 1952 Va croire qu'avec mon pognon, j'ai fait tintin. J'étais furieux. J'ai laissé tomber le toutime et j'ai été me faire effacer un peu plus loin, rue Jean-Beausire, en hypocrite 1952. Mon taxi et moi 1974 Se toquer d'un tableau parce qu'il vaut une fortune, autant mettre une étiquette avec le prix dessus ! Et les jeunes peintres, alors, ils peuvent faire tintin, puisque ce sont surtout les morts qui font monter la cote ? 1974. Le roman d'un turfiste 1953 Si c'est comme ça tout le long, je n'ai pas fini de faire tin-tin ! 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? <5 citation(s)>

TIN(-)TIN, TINTIN, onomat. et subst. masc.


TIN(-)TIN, TINTIN, (TIN TIN, TIN-TIN)onomat. et subst. masc.

II. Subst. masc., loc., arg., pop. Faire tintin. Être privé de quelque chose, ne rien obtenir. [Le Renard se hausse vers les raisins]. Mais, étant trop mignard, il tombe sur un bec L'obligeant d'faire tintin et de passer la pogne (MARCUS, Quinze fables, 1947, p. 10). Pétardant d'avoir fait tintin [lors du baptême de la princesse], une viocque (...) radina (...) pour lui balanstiquer [jeter] un sort (STOLLÉ, Contes, Belle au bois dormant, 1947, p. 1). P. ell., en interj. Tintin! Rien du tout. Synon. bernique! de la peau! ceinture! La voix [de l'inconnu qui téléphonait] semblait familière; seulement pour l'accoler à un visage, tintin! (SIMONIN, Cave se rebiffe, 1954, p. 25).

Arg. Faire tintin ballon. Être privé d'alcool. Des clopinettes en bois! J'vas pas faire tintin ballon (c'est-à-dire être privé de vin), j'vas pas m'taper (FOMBEURE, Soldat, 1935, p. 157).

Étymol. et Hist. Ca 1200 « bruit; cliquetis » (ADAM DE LA HALLE, Roi de Sicile ds RUTEBEUF, Œuvres, éd. A. Jubinal, t. 3, p. 137); 1680 « bruit des verres qui s'entrechoquent » (RICH.); 1935 faire tintin ballon « être privé de vin » (FOMBEURE, loc. cit.); 1938 tintin! « rien à faire » (ds ESN.). Redoublement onomat. de tint « bruit, tintement » (ca 1225 ds T.-L.), tiré de tinter1*. Fréq. abs. littér.: 41.

1935 (GR) / 1935 : faire tintin ballon « être privé de vin » (FOMBEURE, loc. cit.) ; 1938 tintin! « rien à faire » (ds ESN) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 979