se bomber

date : 1902 registre ancien : 7 fréquence : 21

se bomber

& se bomber de ; pouvoir se bomber ; tu peux (toujours) te bomber ; faire bomber qqun de qqchose

Ne pas profiter de qqchose, ne pas avoir, être privé, jeûner ; non, refus

Synonyme : non, refus, être privé, ne pas avoir, jeûner

1965 Le seul profit du service militaire, je le méprise pas, c'est que tu peux dire à une môme, en lui montrant ta photo en troufion : « Malheureusement, ces vaches-là ils m'ont pris bon service armé et j'ai dû la boucler pendant douze mois que j'ai été emmerdé par des connards de rempilés. » Alors elle, la môme, elle pense en elle-même : « Ah, il a été pris bon service armé, donc c'est un homme, je peux toujours essayer. » Autrement, elle se méfie et tu te bombes. 1965. La débâcle
1935 –J'irai donc à la nage. –Et si on te poisse, tu te bombes de perme ! –Qu'ils se la collent au cul, leur perme. 1935. Mer Noire
1935 le directeur a diminué tous les appointements de dix pour cent. Il avait un prétexte, le compte de profits et pertes était déficitaires, et les actionnaires se sont bombés. 1935. Viande à brûler
1954 Si vous persistez à me croire embringué dans cette histoire de tableau, vous pouvez vous bomber pour que j'aille espionner pour votre compte la belle Geneviève Levasseur 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
1955 Quel ballot ! J'ai touché du fric, justement, mais il peut se bomber pour en voir la couleur 1955. Fièvre au Marais
1955 peux-tu me dire pourquoi tu t'es vanté de l'avoir liquidée et que je pouvais me bomber pour affurer mon fric 1955. Pas de pitié pour les caves
1917 Et même le lieutenant chef de section, dans l'abri de qui l'« homme de jus » s'était présenté tout d'abord, s'était « bombé de rab » – suivant la forte expression de l'homme de jus lui-même 1917. La reprise du fort de Douamont
1918 Si l'on est en mauvais termes avec le cuistot, il peut sournoisement vous faire bomber de jus : c'est une terrible vengeance 1918. L'argot des poilus
1918 –Nous aut'es, on se l'accroche. –Même de jus, qu'on s'est bombés c'matin ! 1918. Au seuil des guitounes
1949 si elle s'imaginait qu'elle allait revenir ici toutes les nuits comme elle avait eu l'air d'en manifester l'intention, elle pouvait se bomber 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain

<10 citation(s)>

BOMBER, verbe. Emploi pronom. Se bomber de qqc. S'en priver, s'en passer. (tlfi:bomber) /

De l'idée de « faire ventre », avoir le ventre vide (→ Bidon, étym.) (GR) / Par antithèse (Henry Solus dans Barrès) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).