licher

registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 46

licher v.tr.

Boire, boire beaucoup, immodérément ; boire qqchose IT : sbevazzare, cioncare

Synonyme : boire, offrir à boire Usage : alcool, ivrognerie, boire

1863 Et moi aussi, je licherais bien un verre… Qu'est-ce que tu payes, mon amour ? 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar 1914 Un dimanche, elle reçut la visite d'une vieille femme qu'elle accueillit en ces termes : « Ah ! Croquignole !… Qu'est-ce qui t'amène, bon sang !… Tu sais bien qu'y a pas de rhum à licher ici ! » 1914. Le numéro 23, dans Racaille et parias 1914 Ses dents claquaient. Mlle Crevette la prit affectueusement par la taille : « Viens… On va licher qu'qu'chose en attendant… –Non ! j'veux tout voir… –Viens, Moukère : à jacter tout l'temps, tu t'f'rais ramasser… » 1914. L'exemple de "La Veuve", dans Racaille et parias 1953 Il guinchait dans les salons et lichait tous les tafias 1953. La goualante du pauvre Jean 1842 C'est égal, je lui ai envoyé un coup de tampon sus le mufle, qu'il ne pourra pas becquiller ni licher de quinze jours. 1842. Le maître de chausson, dans Les Français peints par eux-mêmes 1979 Et 2 minutes plus tard, chuis branché avec lui à licher du champ !!! 1979. Fait comme un rat ! 1898 Qui pourrait dénombrer les « mesures du sol » prises par le bon Lichamort ? –– ainsi qu'on l'a surnommé. 1898. Bistrouille en Cour d'Assises ou le cadavre ambulant. Contes du Petit Pioupiou (5e série) 1928 T'aurais pas un fond de bouteille à licher par là, pour faire glisser le fromgi ? 1928. La racaille 1911 On se trouvait des bottes, en famille, à licher de la bibine et maquiller des brêmes en espérant sa moukère, pendant qu'elle battait le trimar… 1911. Le journal à Nénesse 1883 qu'ils aient trop liché 1883. Le Tableau de Paris 1903 je veux faire un gueuleton soigné à la barrière de Bagnolet sous les arbres verts. Ça sera la noce ! D'abord on s'enverra une mominette ou deux, peut-être trois, ça dépendra de la chaleur de mon gosier ; après on se passera dans la gueulette du gigot, des haricots verts, des fruits. On lichera un bon cafiot arrosé de fine 1903. Les enracinées <11 citation(s)>

LICHER, verbe trans. Pop. et fam. A. Lécher. V'là ç'te pauv' Nioule qui s'en allait... licher son doigt dans la cour! (MARTIN DU G., Gonfle, 1928, II, 4, p. 1202). Pendant qu'il se livre à cette opération, Zazie liche la mousse de son demi (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 67). 2. Boire, manger, généralement avec excès, avec gourmandise. Elles lichaient ainsi la goutte, sur un coin de l'établi (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 645) :

Vautré sur le pont, il serre étroitement dans ses bras, comme s'il était en train de prendre le pucelage d'une fille, un demi-muid de vin de Samos, dont il a fait sauter la bonde et il liche avec des cris de jouissance ce vin qui dégouline et qui gicle. CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 169.

Étymol. et Hist. 1. Av. 1486 « lécher » (GUILLAUME ALEXIS, Oeuvres poétiques, éd. A. Piaget et É. Picot, t. 2, p. 183, 2161); 2. 1772 « boire » (Chanson poissarde d'apr. LARCHEY, Excentr. lang., 1865, p. 185); 1821 (DESGRANGES, Pt dict. du peuple à l'usage des 4/5 de la France, Paris); 1885 lichée « petite quantité de liquide » (VALLÈS, J. Vingtras, Insurgé, p. 286) (TLFi) /

Variante de lécher ; attesté au XIe, réapparaît au XIXe (MCC) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 334