se noircir

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1918 registre moderne : 6 fréquence : 13

se noircir & se noircir la gueule ; noircir

S'enivrer, se soûler ; enivrer, soûler

Synonyme : souler (se), s'enivrer, boire de l'alcool Famille : noir (ivre) Usage : alcool, ivrognerie, boire

1935 Rivoal s'enfuit, un litre de rhum sous le bras. Tout à l'heure, la grippe espagnole aura noirci au moins un homme à bord. 1935. Mer Noire 1937 Staline lui, n'est pas si fou… Il laissera toujours malgré tout, quelques roubles à ses moujiks pour qu'ils puissent, n'importe comment se noircir, en dépit de toutes leurs misères, bien profondément la gueule 1937. Bagatelles pour un massacre 1955 cette festivité m'aiderait sans doute à noircir ma compagne à zéro 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement) 1950 j'étais sûr de retrouver mon infirmier dans deux ou trois bistrots qu'il fréquentait régulièrement. C'était un garçon à principes et à habitudes. Les siens consistaient surtout à se noircir la gueule du matin au soir 1950. Ainsi soit-il 1963 Vous n'avez pas idée, si vous ne buvez pas un coup de temps en temps vous-même, ce que ça peut coûter maintenant pour se noircir toute une famille ensemble. 1963. Les perles de Vénus 1953 Je paye la tournée en conservant mon air abattu, abandonnant les trois types en train de s'évertuer à noircir une fille, qui ne demande pas mieux, avant de l'entraîner dans leur voiture qui attend à la porte. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? <6 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 496