mon prince

registre ancien : 7 fréquence : 12

mon prince

Appellatif populaire adressé à qqun de bien habillé, d'élégant, qui semble riche ; appellation familière de qqun qui demande de l'argent ; ce qu'on dit à qqun qui laisse pourboire ; appellatif affectueux de femme galante à h. ; monsieur

Synonyme : terme de familiarité amical (mon ami)

1863 Et maintenant je suis tout à vous, mon prince ! –(À part.) Il n'y a pas à dire, il n'y a que ces filles-là d'enchanteresses ! 1863. Un caprice. Vaudeville 1927 Dites donc, mes princes, […] maintenant qu'nous avons les poches convenablement lestées, j'ai comme une vague idée qu'nos estomacs seraient pas fâchés d'en avoir leur part 1927. Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1902 Mon prince, une pièce de vingt ronds ? 1902. Les Noronsoff 1907 Si vous me l'amenez à bon port, je vous donnerai un noble pourboire. –Compris, mon prince ! répondit cet homme […] qui possédait le sens des distances sociales 1907. L'amour s'amuse - Roman 1889 –Eh ! dites donc, pssitt ! Eh ! mon prince !… 1889. L'ami du commissaire 1950 Arrivés à la caisse, le plus grand, un noiraud à la peau rêche, déposa une liasse de billets. D'une main avide, la mère maquerelle agrippa l'argent. –Merci, mon prince, vous avez du goût, ces filles sont d'adorables baiseuses. 1950?. La Nonne <6 citation(s)>

non

Langage des camelots, des marchands de fleurs, des filles de maison publique (BAU1920) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 303