turbiner

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1800 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 99

turbiner & (turbiné) v. intr.

Travailler : □ travailler en usine, travailler dur, travailler honnêtement ; □ travailler illégalement, hostilement : voler, cambrioler, etc. ; □ travailler intellectuellement, étudier ; □ faire des exercices militaires ; s'activer ; □ par ext. faire ALL : arbeiten / ANG : to labor in a factory / IT : lavorare

Synonyme : travailler, faire un travail Famille : turb- (travail)

1965 Mais si t'es honnête ouvrière, t'es obligée de turbiner chez Niome et Rhône 1965. La débâcle 1935 Pour Jérémie, l'avenir, c'est la petite pêche à Pornic, et pour moi le long-cours. Un bel avenir ! –À la pêche, dit Jérémie, on turbine dur, mais on n'est l'esclave de personne. 1935. Mer Noire 1935 Elle, qui turbinait dans la limonade, ça lui bottait d'être la femme d'un toubib, une bourgeoise. 1935. Viande à brûler 1927 Mes aminches et moi, on a fait le serment d'en faire le moins possible. […] le bonheur ici-bas consiste précisément à ne pas turbiner du tout 1927. A la revoyure - Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1919 Nos artilleurs ont bien turbiné. À nous, les bobosses, de montrer qu'ils n'ont pas travaillé pour des prunes 1919. La passerelle du Jaulgonne 1955 C'est là que Mado turbine, elle surveille les gonzesses 1955. Du rififi chez les hommes 1915 (vers) J'suis heureux pisque j'turbin' pas ! 1915 (vers). Galvaudeux, dans Dans la rue - troisième volume - chansons et monologue 1912 Un honnête homme, ça travaille, ça turbine, et moi c'est un goût que j'ai eu peut-être étant gamin, mais qu'on m'a fait passer. 1912. Le bouchon de cristal 1892 Sapristi, ils ont joliment turbiné au peloton pour savoir tout cela ! 1892. Fricotard et Chapuzot (Pièce en trois Actes et cinq tableaux) 1870 Y ne turbine pus, pas si bête, à présent, il est dans les théâtres, il va en remonte 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être 1872 Pas plan de turbiner, le brûle-fer refuse de maquiller les caroubles. 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (5) 1872 La caboche des launes, un gosse rouquin, nous chinait pour nous faire casquer celui qui avait turbiné. 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (6) 2004 Il turbinait « en fonctionnaire » ; c'était ça un fonctionnaire du renseignement, consciencieux, honnête et très dur. 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne 1911 Vous, ce n'est pas le même genre, monsieur l'avocat, vous devez vous y être fait [à l'argot] : depuis le temps que vous turbinez dans la crapule !… 1911. Le journal à Nénesse 1909 Ces idiots-là avaient bien besoin de ranquiller à leur « tune » quand on s'disposait à turbiner ! 1909. Ribouldingue se marie, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) 1931 L'Assistance Publique m'a pris. Ça a été pour m'envoyer chez des péquenots, travailler la terre. Connaissez-vous les paysans ? C'étaient des paysans de Sologne. Ils vous nourrissaient à coups de triques et vous faisaient turbiner à en crever. 1931. Enfants du malheur ! 1953 Ce soir, le monde ne m'intéresse guère. Ma tête turbine dur et ne trouve rien. 1953. ...et ça continue ! <17 citation(s)>

TURBINER2, verbe intrans. A. Pop. Travailler dur, en se donnant beaucoup de mal. Synon. pop. trimer. Sans oublier que les ingénieurs, on les fait rudement turbiner, et qu'au début, on ne les paye pas lourd (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 282). Elle avait eu de la déveine, il fallait qu'elle turbine double, son mari avait tout perdu en voulant s'établir plombier (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 366). B. Arg. ,,Se prostituer`` (FRANCE 1907). Toutes les gonzesses voulant turbiner le soir (...) devront être munies d'une carte de circulation (GORON, L'Amour à Paris, t. III, [vers 1890], p. 1487 ds CELLARD-REY 1980). REM. Turbineur, -euse, adj. et subst. a) Pop. Travailleur. Tas d'turbineurs, martelez vos enclumes, Pour quelques sous dont vous ne pouvez jouir (E. CHAUTARD, Goualantes de la Villette, 1929, p. 135, ds CELLARD-REY 1980). b) Arg. de la prostitution. Prostituée active et sérieuse. Synon. arg. gagneuse (v. gagneur I arg.). Se gardant bien de confondre ouvrières qualifiées avec boucleuses de fin de mois, turbineuses et gisquettes, en un mot: compétentes (M. AUDIARD, Le P'tit Cheval de retour, 1975, p. 150, ds CELLARD-REY 1980). Prononc. [], (il) turbine [-bin]. Homon. turbiner1. Étymol. et Hist. 1. 1800 « travailler » apprendre à turbiner et à grincher [« apprendre à travailler et à voler »] (P. LECLAIR, Hist. brig. et assass. Orgères, p. 139); 2. ca 1890 « se prostituer » (GORON, loc. cit.). Orig. peu claire; peut-être altér. du dial. tourpiner « tournoyer; tourner, mettre en boule; musarder, flâner, tergiverser » en wall. et dans le Nord de la France (FEW t. 17, p. 345a) var. de toupiner, v. toupiller; l'hyp. d'une dérivation de turbine* est impossible pour des raisons chronologiques. Bbg. PRIGNIEL (M.). Turbiner, turbin. Fr. mod. 1969, t. 37, pp. 49-53. (tlfi:turbiner) /

Travailler dur, comme une turbine (SAINXIX) / La turbine, roue hydraulique, tourne (et tourner=bouler>boulonner, boulot) (AYN) / Créé en argot, du franç. turbine ou du lat. turbina au sens de « tourbillon, toupie » (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 337