vaseux

date : 1883 registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 23

vaseux & vaseuse (fém.) adj.

Pas en forme, faible, fatigué, ensommeillé, sous les effets de l'alcool, de la drogue, du sommeil, malade, migraineux ; ivre ; (déprimé)

Synonyme : fatigué, fatigue, malade

1935 Mardi, il se réveilla tout vaseux. Il vint néanmoins prendre le jus. –Qu'est-ce que je peux bien avoir ? demanda-t-il à Mme Voulaz. Elle lui tâta le pouls. –Vous avez la grippe. Recouchez-vous tout de suite, Jojo ira vous chercher du rhum et de l'aspirine. 1935. Viande à brûler 1927 Tâche voir à dégoiser avec une clarté limpide, […] t'as l'air vaseux 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1927 Mais le boxeur nègre était encore des plus vaseux. Il avait la prononciation difficile. Tout l'alcool absorbé pendant la nuit ne s'était pas éliminé 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1969 Ils sont un peu vaseux. Ils ont, dans la bouche, le goût des réveils nocturnes et dans les tripes le malaise des matins d'examen 1969. Les flics 1927 si je ne m'abuse, le Mexique n'a pas interdit l'usage du pinard ! Par conséquent, […] il doit y avoir moyen de s'envoyer par le travers du cornet un de ces vieux jus arrosés de rhum, qui remettent d'aplomb l'homme le plus vaseux de la terre 1927. Les Pieds-Nickelés au Mexique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1969 Pis que vaseux, je me sentais réellement malade 1969. Les fous de Hong-Kong 1966 On se sent un peu vaseux après dix heures de voiture, non ? 1966. Coplan coupe les ponts 1925 Et maintenant que je retrouve mes idées, que mon ivresse se dissipe, j'ai comme qui dirait la migraine : je me sens vaseux 1925. Mon curé chez les pauvres 1933 Je ne sais pas ce que j'ai, je suis « vaseuse ». Je suis souvent vaseuse ces temps-ci, c'est drôle. 1933. Puberté. Journal d'une écolière 1953 La fumée et les petits fours de tout à l'heure me rendent soudain vaseux, mal en point. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? <10 citation(s)>

2. Familier a) [En parlant d'une pers.] Qui est physiquement et intellectuellement dans un état d'engourdissement, de malaise, de faiblesse. Il n'y a pas cinq minutes que la lumière est éteinte, les ressorts [du sommier] me rentrent dans les côtes, il faut que je me tourne et ça fait un pétard du diable (...). J'étais déjà à moitié vaseux (Giono, Gds chemins, 1951, p. 49). − [P. méton.] Qui témoigne de cet état. Air vaseux. Ah ! que le réveil est douloureux, vaseux (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 406). 2. a) ca 1883 « (personne) qui est physiquement et intellectuellement dans un état d'engourdissement, de malaise » (d'apr. Esn.); b) 1896 « qui témoigne d'un état d'engourdissement » (Willy, Notes sans portées, p. 131) (tlfi:vaseux) /

Dérive de vanné=fatigué : sens érotique (vannes à sec) (AYN) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 529