embuscade

registre ancien : 6 fréquence : 7

embuscade

n.f.

Sinécure, où l'on est à l'abri, fait de rester à l'arrière, poste d'embusqué, où l'on est à l'abri

Usage : militaire, guerre

1925 sitôt passés les délais moraux, Jo avait trouvé une embuscade de choix : «garçon de famille» chez le surveillant-chef 1925. La bonne vie 1925 Il se sentait parfaitement heureux de s'être tiré des geôles à si bon compte, comme le poilu qui a déniché l'embuscade 1925. La bonne vie 1925 Ce n'est rien, cela. […] Rien, car ce n'est que de la charité. La charité, c'est une embuscade. Monsieur le curé, vous êtes un embusqué ! 1925. Mon curé chez les pauvres 1918 il n'y a pas qu'une embuscade dans la jungle. 1918. Notes d'un pilote disparu (1916-1917) 1916 y d'vrait avoir l'sac au dos, c't'outil-là, et y s'prélasse dans une embuscade. 1916. Morhange et les marsouins en Lorraine 1947 Il faut donc être vraiment très pistonné chez eux pour rester à Fresnes ! Je ne parle pas de leur personnel pénitentiaire, qui est réellement trié sur le volet, car il faut avoir le bras très long dans le parti pour bénéficier d'une embuscade aussi Kolossale. 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises <6 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 891