étriller

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1648 registre ancien : 5 registre moderne : 4 fréquence : 15

étriller & s'étriller ; se faire étriller v.tr.

Battre, sévèrement gronder, maltraiter ; se battre ; se faire fouetter, se faire battre, subir des attaques, se faire sévèrement gronder ; critiquer très sévèrement

Synonyme : frapper, cogner, battre, se battre, gifler, médire, critiquer / critiqué, éreinté, calomnié / médisant, critique

1927 les grévistes vont voir en nous des ennemis et, profitant de ce que nous sommes isolés, vont nous étriller d'importance 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1648 Me prenant pour un cheval ils m'ont bien étrillé 1648. L'intrigue des filous 1665 Lubin, prenez mes deux garçons, / Et qu'avec de bons gros bastons / Chacun d'eux l'estrille en compere 1665. La réception faite par un gentilhomme de campagne à une compagnie choisie à sa mode, qui le vient visiter - Mascarade 1760 (vers) J'en ai trouvé, dans ces sortes de maisons, nombre qui se faisaient étriller de la bonne façon, entr'autres le bibliothécaire des Petits Pères de la place des Victoires [27/07/1764] 1760 (vers). Paris sous Louis XV - Rapports des inspecteurs de police au roi (deuxième série) <4 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 379