gâte-métier

date : 1596 fréquence : 7

gâte-métier

n.

Mauvais ouvrier, qui travaille mal dans son métier ; qui est trop concurrentiel et oblige à baisser ses prix ; celui qui impose des contraintes ; gêneur

1887 Il y en a un tas qui volent et qui ne savent pas. Ce sont des gâte-métiers. 1887. Le monde des prisons 1823 Enfin, il n'en est qu'un [livre] d'entier, / C'est des vers le gâte métier / Qui veut que la raison s'accorde avec la rime. / Blâme tout froid bon mot, comme le plus grand crime, / Et prodiguant les fers dans le sacré vallon, / Fait autant de forçats, des sujets d'Apollon… 1823. Voyage à Sainte-Pélagie 1904 Ah ! sacrés macs à la mie de pain ! En v'là des gâte-métier ! 1904. La Maison Philibert 1904 Ça nuit pour le travail. Y s'est conduit comme un gâte-métier, comme un débutant 1904. La Maison Philibert 1909 Pour ceux-là [ceux qui refusent d'entrer dans la combinaison], on est intraitable. Ne représentent-ils pas des gâte-métiers ? 1909. Les bandes noires - Etude sur l'exploitation des vendeurs, producteurs, négociants, etc. (Les Plaies Sociales) <5 citation(s)>

,,Celui qui, en donnant sa marchandise ou sa peine à trop bon marché, diminue le profit de son métier`` (Ac.) Il ne se fait pas assez bien payer, c'est un gâte-métier (Ac. 1835, 1878). Étymol. et Hist. 1. 1596 « celui qui fait mal son métier » (Hulsius ds FEW t. 14, p. 203b); 2. 1615 « celui qui donne sa peine à trop bas prix » [d'apr. FEW] (Montchrestien, Oecon. polit., Delb. Rec. ds DG). Composé de la forme verbale gâte (gâter*) et de métier*. (TLFi) /

De gâte-, et métier (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 139