roussin

date : 1811 registre ancien : 10 registre moderne : 9 fréquence : 62

roussin & (roussis) n.m.

Agent de police, policier, qui appartient à la police, inspecteur en civil, mouchard, dénonciateur, espion ; par ext. insulte IT : spia, agente segreto

Synonyme : policier

1900 quand la plupart des danseurs et des danseuses, se bousculant autour de moi, pour assister à l'opération, se mirent à pousser des cris : –À mort le roussin ! À l'eau, la pestaille ! 1900. Mémoires de Rossignol 1871 Avec son apostrophe aux roussins qui se déguisent en gardes nationaux pour assommer la nuit les braves citoyens. 1871. Le Père Duchêne (2) 1871 Les roussins, c'est tout. Ils se glissent à côté des bons patriotes, leur payent un coup à boire : on se monte la tête, et puis tout est fait. Après, le mouchard vous lâche, et va à un autre. 1871. Le Père Duchêne (2) 1977 J'ai croisé les roussins 1977. La boum 1925 Les paralytiques, c'étaient aussi des roussins de la Sûreté générale ! 1925. Mon curé chez les pauvres 1974 Les roussins enragent d'avoir été bernés. Ils reprennent les séances de cravache. 1974. Ancien détenu cherche emploi 1821 Tous ces Roussins là Sont chauds, mais je les entortille. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 je m'exbalance d'ici, car j'ai entravé deux Roussins. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 Il ne vaut rien pour le travail, mais il est bon roussin. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 Il faut être tocq, car la Vergue [ou : Vergne] est comblée de Roussins. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1949 Vous conviendrez, insista le roussin, qu'il y a de quoi s'étonner 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain 1918 Cinq ou six de ces roussins-soldats avaient été « brûlés » lors d'arrestations mouvementées 1918. Loin de la rifflette 1918 un simili-soldat, crasseux et péremptoire, vrai flic ou flic « maquillé » (car certains « affranchis » se faisaient passer pour roussin, à seul [sic] fin de devenir maître chanteur) 1918. Loin de la rifflette 1912 Faut qu'j'évite les flics pour tomber sur un roussin 1912. Les Pieds Nickelés ministres, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) <14 citation(s)>

ROUSSIN2, subst. masc. Arg., pop., vieilli A. Policier, agent de police. Synon. rousse (infra rem.). Elle traita de folle sa peur des agents de police et, passant d'un excès à un autre, elle eût voulu (...) leur dire en face: « Vous n'êtes que de sales roussins » (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 70). Avec sa casquette et son imperméable et sa solide carrure, (...) il avait tout d'un roussin, d'un détective (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 178). V. galifard ex. de Hugo, lacet A 4 ex. de Hugo. B. Espion, indicateur de police; p. ext., délateur. Synon. mouchard, rousse (infra rem.). Il ne vaut rien pour le travail, mais il est bon roussin (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, 1821, f. 14, v o, § 412). REM. 1 Rousse, subst. masc., arg., pop., vieilli. a) Synon. (supra A). De tous les rousses que la police a envoyé au bal de l'Opéra un seul est à craindre (VIDOCQ, Vrais myst. Paris, t. 1, 1844, p. 39). V. lacet A 4 ex. de Hugo. b) Synon. (supra B). [Un dénonciateur était-il tué dans la prison, les gardiens disaient:] (...) pourquoi, puisqu'il était rousse, ne s'est-il pas fait mettre à part [?] (VIDOCQ, Vrais myst. Paris, t. 3, 1844, p. 270). 2. Roussi, subst. masc., arg., pop., vieilli. Compagnon de cellule que la police place auprès d'un détenu pour gagner sa confiance et recueillir ses confidences et ses aveux. Synon. mouton. V. galifard ex. de Hugo. 3. Roussiner, verbe trans., arg., pop., vieilli. Dénoncer quelqu'un à la police. On vous roussine (=) On vous dénonce (LACENAIRE, Mémoires, II, 160, 161 ds LARCH. 1872, p. 218). Prononc.: []. Homon. roussin1. Étymol. et Hist. 1811 (d'apr. ESN.). Mot d'orig. discutée (v. CELLARD-REY 1980). L'hyp. selon laquelle roussin serait dér. de roux « mouchard, indicateur, dénonciateur » (cf. 1828-29 rousse « mouchard », VIDOCQ, Mém., t. 3, p. 189, forme abrégée de roussin ou individualisation du coll. la rousse*), les gens aux cheveux roux étant souvent considérés comme hypocrites et faux, semble la plus vraisemblable (pour les valeurs péj. de roux, rouge, v. MICHEL 1856, s.v. rousse, roussin). STAT. Roussin1 et 2. Fréq. abs. littér.: 30. BBG. CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 538. SAIN. Sources t. 3 1972 [1930], p. 60. (TLFi) /

Autrefois les agents en bourgeois étaient vêtus de la redingote sombre, d'un ton roussâtre (VIR) / De rousse (GR) / 1811 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 290