bisquer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1706 registre ancien : 4 registre moderne : 4 fréquence : 19

bisquer & faire bisquer v. intr.

Bouder, rager sourdement, éprouver du dépit, être de mauvaise humeur, être vexé, être jaloux ; faire râler, mécontenter ; rendre jaloux ; être en colère

Synonyme : colère (être/mettre en), énerver, humeur (mauvaise), bouder, mécontent

1905 Viens !… on f'ra bisquer la mère Loriot… je m'sens en train ! 1905. Un vieux bougre 1800 Tenez, tenez, voyez son oeil de léopard. Oh ! comme y'bisque ! 1800. Madame Angot au sérail de Constantinople, drame, tragédie, farce, pantomine, en trois actes, orné de tous ses agrémens 1861 il nous punissait sans rémission… Aussi, c'était, comme on dit, à bon chat bon rat… On cherchait à lui faire le plus de niches possible. En voici une qui nous fit bien rire, et qui le fit bien bisquer. 1861. Le chemin de l'épaulette - Histoire de l'enrôlé volontaire 2007 Dosbarrios, lui, va nous pourrir la vie, si on persiste à le faire bisquer. Alors, pour l'instant on se fait oublier. 2007. La gigue des cailleras 1976 Tout y était passé ! Au centime près il avait chiffré le butin. Et il en rajoutait. Pour lui, André devait bisquer. Déception ! Loin de bisquer, le play-boy s'était montré heureux pour son pote. Il en était si enchanté que nulle part de jalousie de perçait dans ses propos. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza <5 citation(s)>

Pop. Avoir du dépit, pester : 1. Mais à peine là : drelin! drelin! « Attends! grognonna ma grisette qui bisquait, on me sonne! − Eh! laisse sonner et qu'elle patiente là-bas, cette princesse de quatre sous que nous n'avons dérangée mie, nous autres! » L. Cladel, Ompdrailles,1879, p. 323. En bisquer : 2. Au diable tous les poëmes et tous les poëtes qui empêcheraient un fils de se précipiter vers sa mère après huit ans d'absence et d'exil! Il a bien fait. J'en ai bisqué et j'en bisque. Mais je l'approuve. Hugo, Correspondance,1859, p. 310. Faire bisquer qqn. Le faire enrager : 3. ... vous avez mal compris le sens de ma lettre; je l'ai écrite ainsi pour faire un peu bisquer maman Ati... Flaubert, Correspondance,1843, p. 31. 4. Lui [mon père] si ponctuel, si organisé, il était forcé de regarder à chaque instant l'horloge du passage... Il sortait pour ça sur le pas de la porte... La mère Ussel des « Ouvrages » l'attendait au moment précis... Elle lui faisait alors toc! tic! toc! toc! ... pour le faire bisquer... Céline, Mort à crédit, 1936, p. 332. PRONONC. : [biske], (je) bisque [bisk]. ÉTYMOL. ET HIST. − 1704-1706 (Scarron, Le Virgile travesty, rev. et corr., Amsterdam, P. Mortier, p. 177), qualifié de ,,point français`` chez J.-F. Michel, Dict. des expr. vicieuses, 1807, de ,,terme d'écolier`` chez E. Molard, Le Mauvais lang. corr., 1810, enfin de ,,mot trivial`` et ,,barbarisme`` chez Desgranges, Pt dict. du peuple [...], 1821 (d'apr. Sain. Lang. par., p. 78). Orig. obsc. Une dér. du prov. bisco « mauvaise humeur », lui-même empr. à une forme dial. ital. (Émilie) biscare « s'emporter », est insuffisamment appuyée par le témoignage de ce dial. Le sens de « chagrin, méchant » du prov. mod. biscaïn laisse entrevoir une dér. sur le rad. de ce dernier (auquel se rattachent cinq autres dér. prov., cf. Alib.), ce qui donnerait crédit à l'hyp. de FEW t. 1, p. 379, qui cite un texte attestant que les Biscayens avaient dès le XVIIes. une réputation de « canailles ». STAT. − Fréq. abs. littér. : 18. BBG. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 173. − Grimaud (F.). Pt gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1968, p. 111. − Pohl (J.). Contribution à l'ét. de qq. mots. Fr. mod. 1963, t. 31, pp. 296-304. − Sain. Lang. par. 1920, p. 78, 79, 477. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 70; t. 2 1972 [1925], p. 298; t. 3 1972 [1930], p. 111, 527. (tlfi:bisquer) /

Ital bizza = colère (TIM cité par DEL) / Orig. incert., p.-ê. du provençal bisco « mauvaise humeur », d'origine obscure, p.-ê. en rapport avec bico, bisco « chèvre, bique », qui viendrait du rad. bis par l'idée de « aller en biais, de travers » (Guiraud) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 356