rigoler

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1808 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 308

rigoler & rigoller ; rigoler de qqun ; laissez-moi rigoler ; rigoler doucement ; faire rigoler ; faire bien rigoler ; on n'est pas là pour rigoler ; assez rigolé ; fini de rigoler ; ne pas rigoler ; ça ne rigole pas ; tu rigoles ; vous rigolez ? v. intr.

■ Rire, et spécialement rire grassement ou bêtement ; plaisanter, se moquer ; ■ faire la fête, s'amuser festivement, prendre du plaisir, bien profiter de la vie, se débaucher ; ■ tout ce qui n'est pas du premier degré, ne pas être sérieux, ne pas parler sérieusement, ne pas agir sérieusement ; □ faire rire (ironiquement) ; laissez-moi rire (incrédulité) ; □ c'est sérieux, c'est grave, assez ri soyons sérieux ; □ être sévère, dur ; □ tu plaisantes ?, vous plaisantez ? (formule de refus) ANG : to have a good time / IT : ridere

Synonyme : rire, s'amuser Famille : rigol-

1976 Je rigole parce que c'est drôle. 1976. Dire nos sexualités 2011 Il n'y a là aucune conversation. Ce qu'ils font, je peux le nommer parce que c'est un verbe qui revient souvent dans leur langage : ils RIGOLENT. Je sais maintenant ce que signifie Rigoler que jusqu'à présent j'entendais, à tort, comme Rire. Rigoler, c'est se balancer des saloperies à la gueule, le plus souvent basées sur d'hypothétiques activités intimes des mères, et insister jusqu'à ce que l'offensé présumé se rebiffe en frappant à l'aveuglette. C'est aussi s'arracher des trucs des mains et des poches, des trousses, des téléphones, des jeux vidéo. 2011. Je tue les enfants français dans les jardins 1871 Devrait-on pas foutre aux cinq cent mille diables cette sacrée Bourse qui emplit les poches à un tas de feignants qui se servent de l'argent pour rigoler – tandis que nos pauvres bougres n'ont pas seulement de pain à se foutre sous la dent, à eux et à leurs enfants ? 1871. Le Père Duchêne (3) 1914 M. Bob demeurait perplexe. L'autre proposa, joyeux : « Faut y aller, ma vieille ! –Y aller ?… Et puis quoi encore ?… Lui demander la main de sa fille, au mec ?… Tu rigoles, La Loche ?… Et si c'est un mouchard ? » 1914. Passagers de choix, dans Racaille et parias 1897 Un Quatorze Juillet… –Faut dire : c'est un jour où qu'on rigole, on en sue une, on a sa cuite. 1897. Hors les lois 1982 –Pour quand est prévu le départ ? demande un officier allemand en s'avançant vers le chef de sécurité qui se tient au pied de la machine. –Dans vingt minutes à peine réplique le chef avec un sourire qui se veut naïf et rassurant. Mais au-dedans il rigole doucement, comme Dangeau et Leclair : vingt chars plus les camions et la bagnole ! Il sait bien qu'il y en a pour une heure au moins de chargement. 1982. La vapeur 1977 Parfois je l'entends rigoler 1977. La chanson du loubard 1928 Tu penses qu'ils peuvent courir, moi ça m'fait rigoler de les essouffler 1928. On m'suit 1904 Allons ! vous n'allez pas vous manger pour une gamine comme ça !… Voyons, Pepete, ne te fâche pas ! Il a dit ça en rigolant ! 1904. Pepete le bien-aimé 1938 Y a du bon, j'allons rigoler. 1938. La grosse galette (Comédie gaie en trois actes) 1986 le mot est lâché. La prostituée travaille… elle, monsieur ! Le tapin, c'est sérieux. On n'est pas là pour rigoler. 1986. Rue Saint-Denis. Rites, personnages et secrets du quartier le plus chaud de Paris 2001 et je n'aurais pas été étonnée de l'entendre déclarer : « Bon, assez rigolé, passons aux choses sérieuses. » 2001. La vie sexuelle de Catherine M. 2006 Quinze autres ont déjà été condamnés à mort pour trafic de drogue et attendent une hypothétique grâce royale […]. Ça ne rigole pas en ce moment dans le pays du sourire. 2006. Fuck and forget - Journal de Pattaya 1998 Tout le monde, garçons, fille, jeunes, vieux, rigolait bien fort, ah !, que c'était drôle ! 1998. Il faut tuer René Dousquet ! 1916 L'autre jour, je donnais à mon ordonnance un ordre qui l'étonnait un peu. Ce brave garçon, croyant que je plaisantais […] prononça : –Mon lieutenant rigole ? / J'ai trouvé la formule charmante. 1916. Méditations dans la tranchée 1916 Je pourrais vous raconter bien des petites histoires toutes fraiches mais la censure ne rigole pas [21/08/1915] 1916. Lettres de mon soldat (1915-1916) 1821 aujourd'hui, je vais picter et rigoler avec les gothons. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 J'ai entendu rigoler le Messière, sans quoi j'étois marroné. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1987 J'ai baissé mon pantalon, enlevé mon slip et je lui ai montré mes attributs virils, particulièrement imposants aux dires des dames. –Impuissant avec ça, vous rigolez ! lui ai-je lancé en posant le tout sur son bureau. 1987. Voyage à l'intérieur des prisons - Témoignage 2001 Ni lui ni ses hommes n'en sont sortis vivants. Les tirailleurs sénégalais ne rigolaient pas. 2001. Services spéciaux. Algérie, 1955-1957 1931 Hein ? Quoi ? Quatre mille francs. Non mais, j'ai trois gosses, moi ; où voulez-vous que je prenne quatre mille francs ; vous rigolez. 1931. Mal loti 1911 Je n'avais pas de droits sur Linette !… Tu rigoles !… Je n'avais pas droits sur Linette !… Oh ! le Jules !… Qu'est-ce qu'il te faut, alors, tête de boche ! 1911. Le journal à Nénesse 1977 Et puis, si je n'y étais pas allé, les copains auraient rigolé de moi. 1977. Faut pas rire avec les barbares 1958 Je demande à voir… Les Viets. Ne me fais pas rigoler. Je te dis que c'est Vorlang. C'est comme si je l'avais vu de mes propres yeux. 1958. Rage blanche 2011 ça pourrait être pire. –Pire. Qu'est-ce que tu veux dire, putain ? Pire que dix ans au trou ? Tu rigoles ? 2011. La nuit du vigile <25 citation(s)>

RIGOLER, verbe A. Empl. intrans. 1. Vieilli, pop. Prendre du bon temps, faire la fête, la noce; en partic., faire l'amour. Synon. rire (v. rire1 I A 3 a). Aujourd'hui, je vais (...) rigoler avec les gothons (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, 1821, f. 10, r o, § 219). [La fille] dit qu'on se la [lire l'a] trompée, que [les hommes] c'est des cochons qui pensent rien que rigoler (MUSETTE, Mariage Cagayous, 1905-06, p. 54). 2. Fam. Rire généralement bruyamment; s'amuser beaucoup. Synon. pop. se bidonner (v. bidonner1), se gondoler, se marrer. Rigoler à s'en fendre la bouche jusqu'aux oreilles, les mâchoires; faire rigoler qqn; rigoler de qqn/de qqc.; on a bien rigolé. On venait de Fécamp et de Montvilliers pour le voir et pour rigoler en l'écoutant, car il aurait fait rire une pierre de tombe, ce gros homme. Il avait une manière de blaguer les gens sans les fâcher (...) qui vous tirait le rire du ventre malgré vous, à tous les coups (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Toine, 1885, p. 177). Les reportages sur la décentralisation me font doucement rigoler et lorsqu'on dit que la vie est chère à Paris, cela est tout à fait inexact (L'Express, 3 oct. 1966, p. 18, col. 2). Loc. fam. fig. Comme qui rigole. Très facilement. Et alors, tu t'imaginais que, de tourner à la femme honnête, on fait ça comme qui rigole (TOULET, Demois. La Mortagne, 1920, p. 130). 3. Fam. Ne pas parler sérieusement, plaisanter. Synon. badiner, blaguer (fam.), se moquer, rire (v. rire1 I A 3 c). Vous voulez rigoler? À l'examen, il semblerait qu'on lui ait injecté un barbiturique (...) il a toute chance de demeurer complètement abruti. Vous rigolez pas, docteur? J'en ai pas envie (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 163). Edwina: (...) En tous cas, je considère que ce gâteau n'est nullement un échec. Joan: Non, Maman, là, vous rigolez (AYMÉ, Mouche, 1957, p. 139). Loc. fam. Pour rigoler. Pour plaisanter. Vous savez, ce que je disais, c'était pour rigoler (ARLAND, Ordre, 1929, p. 475). B. Empl. pronom., vx. [Parfois repris comme arch.] S'amuser, se donner du bon temps, faire la noce. Les petits enfants se rigolaient, les vieilles femmes parlaient en riant: tout avait une voix, et le plaisir enjolivait même les habits et les tables dressées (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 289). Ah, je te vois te rigoler, et tu t'en vas à penser que pour un fils de là-haut je t'en raconte tout seul depuis une heure (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 26). P. métaph. Un vieux fauteuil qui se rigolait seul, près de la cheminée, riant par toutes ses crevasses, tirant, comme pour les narguer, ses langues de crin noir par toutes les fentes de ses gueules de velours (HUYSMANS, Marthe, 1976, p. 29). Prononc. et Orth.: [], (il) rigole [-]. Homon. rigoler2. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. a) Fin du XIIIe s. intrans. « s'amuser beaucoup, plaisanter » (Isopet de Chartres, éd. J. Bastin, XXIV, 3); b) fin du XIIIe s. trans. « divertir, amuser » (JEAN DE MEUN, Testament, 1770 ds Roman de la Rose, éd. Méon, t. 4, p. 91); c) 1306 pronom. « s'amuser beaucoup, s'ébattre » (GUILLAUME GUIART, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, 13143); 2. a) 1306 trans. « se moquer de quelqu'un, railler quelqu'un » (ID., ibid., 14065); b) 1376 pronom. « se moquer de quelqu'un, railler quelqu'un » (doc. [Archives nationales], JJ 109, p. 36 ds LA CURNE); 3. 1655 intrans. « manger et se réjouir entre amis, faire une petite débauche » (BOREL, Tresor de recherches et antiquitez gauloises et fr., p. 539); 4. a) 1821 intrans. « rire, s'amuser beaucoup » (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, f. 14 v o, § 415); b) 1875 « plaisanter, ne pas parler sérieusement » (Lar. 19e). Prob. issu d'un croisement de riolle* (dér. s.v. rire2) et de gale « réjouissance, plaisir », galer intrans. « s'amuser, mener joyeuse vie » (v. galant). FEW t. 10, pp. 399-400. Bbg. QUEM. DDL t. 17, 32. WARTBURG (W. von). Glanures étymol. R. Ling. rom. 1960, t. 24, p. 288. (tlfi:rigoler) /

Rigo (SCHW1889Tirelarigot) / XIIIe, v. tr., « se moquer de (qqn) » ; rigolage « plaisanterie », v. 1175, Chrétien; orig. peu claire; on a évoqué un croisement de rire avec régaler, ou avec l'anc. v. galer, ou encore avec l'anc. mot riole « partie de plaisir » ; selon Guiraud, d'une forme lat. ridicare, de ridere (→ Rire), d'où un hypothétique verbe *riguer, suffixé (GR) / Prob. issu d'un croisement de riolle* (dér. s.v. rire2) et de gale « réjouissance, plaisir », galer intrans. « s'amuser, mener joyeuse vie » (v. galant). FEW t. 10, pp. 399-400 (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 981