faire le coup de poing

registre moderne : 4 fréquence : 11

faire le coup de poing

locution

1900 Nous les arrêtâmes cependant, mais avec beaucoup de peine : il fallut faire le coup de poing. 1900. Mémoires de Rossignol
1815 Les ruffians, ou les souteneurs, sont des hommes avec qui elles vivent, et qui, dans l'occasion, font le coup de poing pour elles. 1815. Le Palais-Royal ou les Filles en bonne fortune
1895 Et surtout qu'on ne lui cherche pas querelle, elle présente, pour lui, elle fera le coup de poing, tapera sur l'adversaire à bras raccourcis, se moquant du qu'en dira-t-on autant que des passants arrêtés à ricaner 1895. En plein faubourg
1895 Le bal était bien tenu. À part les disputes inévitables en cas de réunions, point de bagarres sanglantes, pas de tumulte dangereux. Aussi bien, si quelque danseur troublait la fête, le père Favié, qui connaissait et tutoyait tout le monde, prenait l'intrus par l'épaule, le sortait lui-même, aidé souvent par la mère Favié, une brave et forte femme, qui intervenait dans la bagarre sans craindre de faire le coup de poing. 1895. En plein faubourg
1973 les voilà à nouveau dans la rue faisant le coup de poing et même le coup de feu 1973. Les Guérini. Grandeur et chute
1925 Cet abbé costaud, prêt à faire le coup de poing, les séduisait 1925. Mon curé chez les pauvres
1922 Il est fort comme un boeuf et toujours prêt à faire le coup de poing 1922. Le pot au noir

<7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).