coller

fréquence : 4

coller

Prendre en défaut ; mettre à quia ; poser à un élève une question difficile ; tendre un piège pour embarrasser qqun

1964 Cécial a été docteur en catéchisme. Personne ne pouvait le coller sur les vertus théologales et les péchés capitaux. 1964. Les rues de Levallois <1 citation(s)>

Aujourd'hui, dans la langue spéciale des lutteurs, la partie à la colle est la lutte de convention, destinée au public où les lutteurs ne mènent pas sérieusement le combat : colle paraît donc signifier : tromperie et spécialisé dans le jargon de la Coquille à un faux métier. Dès le XVe et avant dans la langue de la chevalerie, collée a le sens de coup ; ainsi, le double sens de colle remonte au lang. pop. du XVe. Colle signifie aujourd'hui : mensonge, coller : piéger. Cf aussi l'espagnol cola et colar = passer pour quelque chose sans l'être. Bijvanck compare couleur qui a déjà le sens de mensonge ou fraude dans Charles d'Orléans ; mais SCHW pense qu'il faut séparer colle et couleur : le premier se rattache à coller = frapper tandis que le second est une métaphore simple (SCHW1928, glossaire) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 667