grinchir

date : 1800 registre ancien : 10 fréquence : 66

grinchir & grinchire ; grincher ; > se faire grainchir v.tr.

Voler, prendre, dérober, voler à l'étalage ; > se faire prendre, se faire surprendre ALL : stehlen / ANG : to steal / IT : rubare

Synonyme : voler, dérober, prendre indûment Morphologie : -er/-ir Famille : grinch-

xxxx J'doute qu'à grinchir l'on s'enrichisse ; / J'aime mieux goîpper, c'est du flan xxxx. Fragments (Ah ! je vous connais bien, dalles qui faites place), dans Mémoires de Lacenaire, avec ses Poèmes et ses Lettres, suivis de Témoignages, Enquêtes & Entretiens présentés par Monique Lebailly 1890 le vol de la nourriture que leurs supérieurs leur grinchissent 1890. Biribi 1870 Il grinche les outils des autres et ceux du patron 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être 1821 Il a grinché le berlu de S. Etienne où il y avoit cent dix jacques. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 J'ai grinchi un flaqu de carle à un auversin. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 T'amuses tu à grinchir des attaches toi ? 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 il ne veut grinchir que dans les antonnes, pour moi niberg. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1857 il doit y avoir ici des messières à grincher, il y a des sime [sic] qui ont les vallades garniers de carle 1857. La femme du peuple, dans L'échelle des femmes 1854 Je suis un affreux gredin… Je grinche, tu grinches, nous grinchons ! –Ah ! tu parles argot ! 1854. Deux profonds scélérats (pochade) 1912 C'est pas pour nous pousser du col, mais pour ce qui est de savoir « grincher » on est un peu là ! 1912. Les Pieds Nickelés ministres, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) 1903 Et puis les « English » sont toujours blindés et on peut les barbotter sans rien risquer. Moi qui te parle, un jour à Londres, dans un endroit qu'on appelle le Strand, j'avais fait un « micheton » rupin, ça devait être ce qu'ils appellent un lord. Pendant qu'il roupillait, j'ai grinché sa montre, sa chaîne et son portefeuille qui contenait deux mille balles de banknotes. 1903. Les enracinées 1903 Mais s'il se fait « grainchir » / Adieu la fête / Car à la Roquette / On l'prend pour le raccourcir 1903. Les enracinées <12 citation(s)>

GRINCHER1, verbe trans. Arg., vieilli. Voler. Il grinche les outils des autres et ceux du patron, ça ne fait pas un pli (POULOT, Sublime, 1872, p. 77) : Eh bien, voilà, reprit Mahurel. C'est moi qui ai trouvé, hier soir, la boucle d'oreille de Madame Armand... Oh! je ne l'ai pas « grinchée », ma parole!... Je l'ai ramassée par terre, dans la coulisse. COPPÉE, Coupable, 1897, p. 216. Emploi abs. Moi (...) je grinche en risquant ma peau (SUE, Myst. Paris, t. 6, 1843, p. 45). En somme, on dévalise un peuple au coin d'un bois. On détrousse, on dépouille, on grinche, on rafle, on pille (HUGO, Année terr., 1872, p. 111). Prononc. : [], (il) grinche []. Étymol. et Hist. 1800 (P. LECLAIR, Hist. brig. et assass. Orgères, p. 139). Var. nasalisée d'un verbe remontant à l'a.b.frq. *grîpjan « saisir, agripper », formation en -jan sur *grîpan (v. gripper), et que l'on peut restituer d'apr. l'a.h.all. chripfen « dévaliser », m.h.all. kripfen, gripfen « saisir »; cf. aussi, dans les pat. fr., les formes agricher, agrichi « agripper », largement attestées dans le domaine d'oïl (FEW t. 16, p. 751a). Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 274. (TLFi) /

Fourbesque grancire (SCHW 1928, glossaire) / Du germanique *grippân (→ Agripper, gripper), par des var. en grich- (GR) / 1800 (grinchir : 1821) (GR)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 270