rebecter

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1881 fréquence : 13

rebecter & rebecqueter ; se rebecqueter ; se rebecter v.tr.

Récupérer, se remettre ; redonner des forces, du courage, du moral ; prendre courage, reprendre courage, se remettre à, recommencer, reprendre goût, donner du goût, du courage ; réconforter ; améliorer, remettre en place ; réparer

1904 Elle ne va pas nous faire croire qu'elle ronfle encore à deux et fait la sieste pour rebecter ses nuits de turbin 1904. La Maison Philibert 1904 et l'autre, la grande bringue qui a essayé de s'attiger pour Philibert, n'est s'est jamais rebecquetée de la drogue qu'elle avait avalée 1904. La Maison Philibert 1946 Savoir qu'il n'était rien arrivé à ma secrétaire me rebectait un peu 1946. Le cinquième procédé 1954 Rebecte-le avec un coup de rouge et bon vent, conseilla la clocharde 1954. Le soleil naît derrière le Louvre 1954 De plus en plus, je me rends compte qu'il n'est pas si mort que ça, et ça me rebecte 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville 1994 Rebecte-toi d'abord, dans deux plombes, y r'mettent ça, ça va encore êt' ta fête. 1994. La guerre des gusses 1911 C'est le moment de se grouiller, de se magner le figne, au contraire, de montrer aux populations qu'on a de la moelle, et que le beau gigolo de la Courtille, malgré qu'il soit sur les joncs, sait faire du pèze pour rebecter sa vieille dabesse… 1911. Le journal à Nénesse <7 citation(s)>

REBECTER, verbe trans.


REBECTER, verbe trans. Argot

A. Réconforter, redonner du courage, des forces. La brise m'apportait une odeur d'herbe fraîche, très rebectante (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 141). D'entendre les éloges que tous les hommes faisaient de sa défunte gagneuse rebectait un peu Paulo (Le Pt Simonin ill., 1957, p. 244).

B. Empl. pronom. réfl. 1. Se reprendre, se refaire une santé. Ils voudraient jamais de toi, tel quel!... Ça je peux te le jurer à l'avance... Tu ferais peur à tous les majors!... Il faut d'abord que tu te rebèctes! Ça c'est l'essentiel!... Ils te videraient comme un malpropre!... T'imagines?... Ils prennent pas les soldats squelettes!... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 693). 2. Se pourvoir en cassation. (Ds SANDRY-CARR. 1963). Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1878 (RIGAUD, Dict. jargon paris., p. 291: Rebecter [se]. Se réconcilier); 1881 (ID., Dict. arg. mod., p. 325: Rebecter [se]. Améliorer sa position. Reprendre des forces); 1909 se rebecqueter « reprendre des forces (en boxe) » (L'Auto, 5 janv. ds PETIOT). Dér. de bec*; suff. -eter*, préf. re-*, sous l'infl. de becter* « manger », d'où la notion de « reprendre des forces » et « se rétablir ». Cf. dès la 1re moitié du XIXe s. 1829 rebéqueter « chanter une reprise de vers » (VIDOCQ, Mém. d'apr. ESN.), rebecter « répéter » (ID., Voleurs, t. 2, p. 54).

De re-, et bec. → Rebéquer (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 950