pif

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1821 registre ancien : 8 registre moderne : 5 fréquence : 70

pif & piffe n.m.

Nez ; gros nez, nez laid et ridicule, nez d'ivrogne ALL : Nase / ANG : a big nose

Synonyme : nez Famille : pif Usage : anatomie

1863 Vous dite que vous vous nommez ? –Mutius-Scévola Brancart, dit Naz-d'argent. –Vous dites ?… –Naz… pif de bog. –Vous dites ? –Naz… pif… bog… c'est-à-dire, trompe ou nez d'argent. 1863. Le dernier jour d'un condamné 1999 Une fois dehors, le vent glacial n'a pas tardé à me faire rougir le pif, pas une silhouette dans les parages. 1999. Boumkoeur 1937 Pour vaincre, s'affranchir du Juif, il faudrait pouvoir, avant tout lui annoncer en plein pif : « Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute !… » 1937. Bagatelles pour un massacre 1955 Je lui mis sous le pif un document m'autorisant à asticoter tout un chacun jusqu'à une certaine limite 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement) 1932 Ça me chatouille le pif 1932. Quand j'suis paf 1886 la blague ayant toujours sa cible sérieuse et devant, sans cesse, aller écorcher le nez pif de Badinguet aux Tuileries ! 1886. L'Insurgé (Jacques Vingtras - III) 2011 Xavier n'a pas le temps de finir. Lherbier lui balance une baffe du revers de la main, en plein sur le pif. 2011. La nuit du vigile 1911 pif à pif avec ce veau de Duflair 1911. Le retour de Manounou, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) <8 citation(s)>

PIF, subst. masc. Populaire A. (Gros) nez. Synon. blair(e). Pif rouge, violacé; mettre qqc. sous le pif de qqn; avoir un pif en pied de marmite. L'artiste se gaudit de cette collection de nez; il y avait des pieds de marmites, des nez à retroussis, des nez gibbeux, des pifs épatés et fendus (HUYSMANS, Marthe, 1876, p.83). Sur la (...) banquette sommeille un marchand de cigares mexicain, orné d'un pif aux narines énormes et semblable à une carabine à deux coups (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.147). Prononc. et Orth.: [pif]. Homon. et homogr. pif1. Étymol. et Hist. 1821 avoir qqn dans le pif « le détester » (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, fo 12 vo, § 318) ; 1953 « flair, perspicacité » (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, p.18). Du rad. expressif piff- qui évoque la grosseur, cf. piffard subst. masc. « homme qui a un gros nez » (1825, DUMERSAN, GABRIEL, BRAZIER, Les Cochers, pp.26-27 ds QUEM. DDL t.19). Fréq. abs. littér.: 55. (tlfi:pif) /

Viendrait de piffre (SAINXIX) / Rad. onomat. piff-. → Piffre, piffrer, empiffrer, qu'on ne peut, selon Wartburg, rattacher à pifre, ital. piffero (→ Pifferaro) (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 905