étendre

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 13

étendre & se faire étendre ; étendre net v.tr.

■ Assommer ; mettre à terre (de force) ; ■ assassiner ; tuer, se faire tuer

Synonyme : tuer, assassiner, assommer, assommé

1977 Si je lui dis : « Nanou, fous-lui un coup de poing dans la gueule », il va t'étendre. 1977. Une vie de cheval 1982 et, croyant à un coup monté, commencent à arroser le secteur à petites giclées avec leurs pistolets mitrailleurs. […] Alors seulement les deux troufions, commençant à réaliser l'énormité du malentendu, soulagés, trop heureux de n'avoir étendu personne, partent d'un grand éclat de rire 1982. La vapeur 1960 d'une seule pêche [elle] devrait l'étendre pour le compte 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1927 allongea le bras pour l'étendre d'un coup de carabine 1927. A la revoyure - Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1937 C'est pas la peine d'insister… Tu vas te faire étendre, malheureux ! Tu sais pas où tu mets les doigts ! 1937. Bagatelles pour un massacre 1937 naïf croyant, pour déguster les fruits de la promesse, l'excellente chose fraternelle, tant vantée, hurlée, la grande participation dont on parle dans tous les congrès, à tous les échos du monde, alors comment qu'on se fait étendre ! 1937. Bagatelles pour un massacre 1937 Tu peux plus compter sur personne… T'es tout seul !… C'est méchant, tu sais, les martyrs… Tu vas te faire drôlement étendre… Et puis t'iras même pas au ciel 1937. Bagatelles pour un massacre 1892 dégainant sa canne à épée, il étendit l'inconnu sur le tapis d'un furieux coup droit 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique <8 citation(s)>

ÉTENDRE, verbe trans. 3. [Avec implication de violence; dans le but éventuel de tuer] Renverser (quelqu'un) (sur le sol). Un coup de couteau l'étendit inanimée sur le sol (THARAUD, Fête arabe, 1912, p. 192). a) Loc. Étendre raide (mort), étendre mort. Tuer. Il arrangeait la scène, discutait où il se placerait, comment il frapperait, afin de l'étendre raide (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 205). Au part. passé. Je vois dans ce vêtement tramé par les Furies Cet homme étendu mort (CLAUDEL, Agamemnon, 1896, p. 909). Spéc., SP. (lutte, boxe). (Quasi-)synon. envoyer au tapis. Toto Sépulture ne fit pas long feu; au deuxième round Jacques l'étendit à terre d'un direct à la mâchoire de derrière les fagots (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 61). En partic. Tuer. L'ennemi que j'ai étendu d'une balle au ventre avant qu'un autre ne le vengeât, je l'ai observé quand il mourait (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 570). c) Fam., pop. Tuer. (Quasi-)synon. abattre, allonger. Tu vas me le dire tout de suite (...) ou je t'étends ! (...) je sentais son bide trembler sous mon flingue (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 107). Loc. Se faire étendre Se faire tuer (d'une balle). Et je comptais pas dans le lot [des dix cadavres, victimes de mon grisbi] la petite lope du square Vintimille qui s'était fait étendre elle aussi, au flan (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953 p. 231). P. ext. Se faire prendre à partie violemment. C'était un coup à se faire étendre !... la bévue était effrayante! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 155). Au fig., fam. (dans la langue des écoliers, étudiants). Échouer à un examen, un concours. Étymol. et Hist. 2. ca 1165 « coucher quelqu'un en l'allongeant de tout son long », en partic. « renverser quelqu'un à terre » (ID., ibid., 10924), « tuer quelqu'un » mort l'estent (ID., ibid., 12186) (tlfi:étendre) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 520