ça ne mange pas de pain

registre moderne : 5 fréquence : 6

ça ne mange pas de pain

& qui ne mange pas de pain

locution

■ Qui n'est pas remarquable ; de qqchose qui ne vaut rien ; ■ être de peu d'importance, sans conséquence, pas grave ; ■ ne rien coûter

2003 Tout cela ne mange pas de pain, mais marche 2003. Canard enchaîné
1966 De quelque chose qui ne valait rien, Jeannot ne disait-il pas « ça mange pas d'pain ! » 1968. Les barjots
1955 Pour le moment, il pouvait y rester. Il ne mangeait pas de pain 1955. Les rats de Montsouris
2007 –Elle est jolie au moins ? Ça ne mange pas de pain de lui faire la courte échelle pour rêver, et je me fais une joie de lui en donner pour son argent : –Comme un coeur ! 2007. La gigue des cailleras
1976 au dépôt ou dans les cours de centrale, le leitmotiv était toujours le même, « cette canaille, il m'a balancé ». Pour Raf, nature et entier, ça mangeait pas de pain ! Si André avait été arrêté […] il […] aurait dormi paisiblement sans cauchemar de poulets venant frapper à sa porte. Il avait plus confiance en son ami qu'en lui-même. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
1976 Un face à face sans témoins dans les escaliers. Plus possibilité de faire demi-tour et de retourner à table. « Après tout, qu'importe, se disait-il. Je vais dérouiller et ça mangera pas de pain. » 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
1976 gentil et tout. Un seul défaut : il racontait ses exploits [criminels] aux frangines. S'il ne s'en était tenu qu'au vague, cela n'aurait pas mangé de pain. Mais il citait le nom de l'exploit, les noms de ses complices. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).