oeil

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1827 registre ancien : 9 registre moderne : 7 fréquence : 105

oeil & à l'oeil ; faire l'oeil ; faire à l'oeil ; avoir l'oeil ; prendre à l'oeil ; donner à l'oeil ; enlever à l'oeil ; ouvrir l'oeil ; fermer l'oeil ; avoir de l'oeil n.m., locution

■ Crédit, à crédit, faire crédit, ouvrir le crédit, fermer le crédit, avoir du crédit ; ■ ne rien payer ; ■ gratuitement, gratis, sans payer, sans faire payer, offert, cadeau ALL : auf Kredit, kostenlos

Synonyme : gratuit, sans payer, crédit, à crédit, faire crédit

1895 –Voyez-vous, patron, l'ouvrier n'est pas autrement fait que le bourgeois. Nous sommes tous des hommes ! Comme chez le bourgeois, il y a chez nous des camarades qui paient leurs dettes quand ils le peuvent. Ça peut être long, mais on y arrive. D'autres ne s'acquittent jamais : ils aiment bien se les caler, mais à l'oeil ! Affaire de tempérament. 1895. En plein faubourg 1828 Quand on est désargenté on se le brosse, ou l'on prend un litre, et l'on ne va pas se taper un souper à l'oeil 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs 1884 Tatave, qui, en garçon rangé et prudent, n'avait l'oeil nulle part et répugnait à se le faire ouvrir, dut songer à ses expédients ordinaires 1884. Le Boul' Mich' 1863 il payait d'ordinaire au fur et à mesure ; le voilà qui se met à me devoir cent sous ; mais il me dit qu'il avait fait un héritage, et j'ouvre l'oeil jusqu'à vingt francs 1863. (article) de la Gazette des tribunaux, dans Nisard, De quelques parisianismes populaires et autres locutions non encore ou plus ou moins imparfaitement expliquées des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles 1961 Une partie à l'oeil 1961. Le billard électrique 1955 Pas question de fric. Je travaille à l'oeil. Pour ses beaux yeux 1955. Faux frère (nouvelle), dans Les enquêtes de Nestor Burma et les Nouveaux mystères de Paris 1955 Il en a marre de travailler à l'oeil, hein ? 1955. Fièvre au Marais 1968 C'est le théâtre, pour rien, à l'oeil 1968. Le terminus des prétentieux 1957 Le copain est plutôt raide […] sa femme aussi, évidemment. Autant dire que je travaille à l'oeil 1957. Les eaux troubles de Javel 1872 il y a des brasseries, des cafés, des mastroquets, où l'on se rencontre, où l'on a l'oeil, où l'on peut oublier un beau soir les souffrances dans les discussions libres et les consommations gratuites 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès 1899 depuis le petit filou qui entre dans un restaurant et dîne à l'oeil 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre 1948 Oui, car coucher avec un homme à l'oeil, enfin pour rien, il se dit la même chose sur vous : celle-là, c'est une putain, que si vous faites payer, il vous juge comme une putain. 1948. Vie d'une prostituée 1857 tu sais bien que le comptoir m'a fermé l'oeil. 1857. Dictionnaire de la langue bleue ou glossaire franco-parisien, à l'usage des touristes peu familiarisés avec les beautés de l'idiome capitalesque, dans Paris à vol de canard - Impressions de voyage dans les 13 arrondissements de la capitale 1870 pas de pognon, pas d'oeil 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être 1857 –Nonore, tu viens de guigner le restaurateur du coin ! –Laisse donc ! si je lui fais de l'oeil, c'est afin d'en avoir dans sa gargote ! 1857. Dictionnaire de la langue bleue ou glossaire franco-parisien, à l'usage des touristes peu familiarisés avec les beautés de l'idiome capitalesque, dans Paris à vol de canard - Impressions de voyage dans les 13 arrondissements de la capitale 1927 La belle jambe d'avoir soupé à l'oeil si mon invitée garde toute sa gratitude à ce rasta ! 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1918 Clou et Tango voyageaient d'ailleurs à l'oeil 1918. Loin de la rifflette 1947 Mais de là à travailler à l'oeil, macache ! 1947. Fleur-de-Poisse 1863 Et la cantine, tu n'en parles pas ? –Vous savez bien qu'elle ne fait jamais l'oeil – crédit – aux truffards, – simples soldats. 1863. Les bohèmes du drapeau. Types de l'armée d'Afrique 1911 c'est pas cinq francs, pas même trois francs, pas même deux francs, pas même un demi-franc, pas même trois fléchards, pas même deux rotins, pas même le plus petit rond démonétisé !… On vous la donne à l'oeil !… 1911. Le journal à Nénesse 1903 J'étais sans un radis ; le père Morel ne voulait même pas me faire l'oeil d'une consommation à cause que Maurice lui devait déjà beaucoup. Il paraît que l'ardoise était pleine 1903. Les enracinées <21 citation(s)>

L'oeil est celui de nos organes le plus fertile en applications métaphoriques (...). Les Romains avaient une manière charmante de qualifier, soit une personne aimée véritablement, soit une personne indifférente, mais qu'on avait intérêt à flatter ou caresser : ils l'appelaient 'mon oeil', ocule mi ; 'mon petit oeil', ocelle mi ; 'mon très oeil', oculissime. Toutes ces exp. sont dans Plaute et dans Térence (...) Quelques-uns pensent que prendre un objet à l'oeil pourrait équivaloir à : prendre d'amitié, sans façon, et comme on en use à l'égard des amis, entre lesquels, dit-on, tout est commun. Mais il ne fait pas envisager cette conjecture avec trop de complaisance. Selon d'autres, l'oeil des tailleurs était autrefois le nom d'un coffre où ils mettaient le reste du drap des habits faits à façon. Quand on leur redemandait ce drap, 'ils juroient, dit Oudin, de n'en avoir plus de reste qu'il en pouvoir tenir dans leur oeil'. De là, a-t-ton dit, l'origine de notre dicton. (Nisard est d'avis d'en rabattre sur le tout). 'Faire quelque chose à l'oeil' pour obéir, est une locution que Nisard ne voudrait pas déclarer impropre ; elle veut dire : faire à commandement. On ajoute au doigt, et l'on dit : faire obéir au doigt et à l'oeil. Saint-Paul s'est servi deux fois d'une expr. grecque qu'il a forgée (xxx) ch. IV ép. aux Ephésiens, et ch.III ép. aux Colossiens : dans les deux passages il avertit les serviteurs de rendre à leurs maîtres les devoirs et l'obéissance auxquels ils sont obligés envers eux, mais il leur défend 'de servir seulement ceux-ci sous leurs yeux, càd de manière à en être vus, comme s'ils ne cherchaient qu'à plaire aux hommes, mais de le faire dans la simplicité de leur coeur et dans la crainte de Dieu'. Nous disons, au contraire, parlant d'un maître qui est bien servi, qu'il l'est au doigt et à l'oeil (..) Ces exemples font assez voir quelles variétés de sens peut recevoir le même mot, selon les temps et selon les peuples. Il n'est donc pas étonnant si le nôtre tient de l'imagination du peuple une acception de plus, et si elle est malhonnête. C'est une des plus fortes tendances du langage populaire, que celle de s'approprier certaines formes de la langue générale, d'imposer aux nobles un sens ignoble, aux plus claires un sens équivoque, de les travestir enfin de telle sorte qu'elles disent ou tout autres choses, ou précisément le contraire de ce qu'elles disent en effet. C'est peut-être conformément à cette tendance que à l'oeil dont la vraie signification est à commandement, signifie populairement gratis ou à crédit. Mais Nisard pense qu'il fait peut-être ici preuve de trop d'érudition car si ses souvenirs de jeunesse ne le trompent pas, l'origine de cette locution ne tiendrait à rien de tout cela et se rattacherait à un fait bien connu au temps de la monarchie de juillet, peut-être avant même. Elle viendrait de la petite carte orange marquée d'un oeil, que les agents de police, vêtus en bourgeois, montraient au contrôle des théâtres et des bals publics, pour entrer, sans payer, et faire leur service. Ils entraient donc à l'oeil. En 1836, Odry, parlant à un interlocuteur qui voulait se faire servir quelque chose à crédit, lui disait, en se posant sur l'oeil une pièce de cinq francs : 'C'est égal, t'as pas l'oeil comme ça'. Ce qui voulait dire qu'avec son argent, il pouvait se passer de tous les oeils des monarques de comptoirs d'étain. La plaisanterie était accueillie par des applaudissements enthousiastes. Un homme d'âge respectable à qui Nisard parle de ce trop pittoresque lui dit, qu'étant jeune et beau garçon, il fut accosté un soir par une de ces belles personnes qui étaient alors l'ornement et le scandale des Galeries de bois. Elle dit tout haut et pour qu'il l'entendît bien : 'Quel joli garçon ! je l'enlèverais à l'oeil' Ce qui voulait dire : Je lui donnerais pour rien ce que les autres me payent. Pris dans le sens de à crédit, l'oeil a donné lieu à une autre expression aussi spirituelle que juste, et qui mériterait presque, Dieu et les puristes me pardonnent ! d'être du bon style : c'est ouvrir un oeil. Quand un ivrogne a épuisé son crédit chez un marchand de vin, il ouvre un oeil ailleurs, càd chez un autre marchand. De même, quand il s'est libéré de son premier oeil, le marchand de vin consent à lui en ouvrir un second ; mais il arrive souvent que ce même ivrogne oublie de payer partout : alors, tous les marchands de vin qu'il a dupés lui ferment l'oeil (NISparis) / On connaît la lettre d'un général de l'armée d'Italie à Bonaparte : 'Les lapins manquent de pain ; pas de pain pas de lapins ; pas de lapins, pas de victoire ; ainsi, ouvre l'oeil. N i ni, c'est fini' (NISparis) / Proprement sur la vue, la bonne mine (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 207