cocufier

date : 1660 registre moderne : 6 fréquence : 17

cocufier v.tr.

Faire cocu ; tromper, être infidèle ; baiser le partenaire d'autrui

Synonyme : adultère, infidèle Famille : cocu

xxxx Pourquoi diable, ai-je été cocufier cet Iroquoi ? xxxx. Le principal témoin, dans Un client sérieux 1925 Voilà une femme que le premier soutier venu pouvait s'envoyer pour une pièce d'cent sous six francs à Shangaï ou à Beyrouth, il y a seulement pas cinq ans ; aujourd'hui, un imbécile lui lâche un million par an ; elle le cocufie avec tout le monde 1925. La bonne vie 1791 présentez-vous comme il convient pour recevoir mon Priape ; je veux cocufier votre mari de la bonne sorte 1791. Bordel patriotique institué par la reine des Français, pour les plaisirs des députés de la nouvelle législature, Précédé d'une épître dédicatoire de Sa Majesté à ces nouveaux Lycurgue 1907 Quand j'accorde mes faveurs à une femme mariée, je tiens à la fidélité de l'époux. Autrement, je n'aurais pas du tout la sensation que je le cocufie… Je regrette beaucoup… C'est un principe 1907. L'amour s'amuse - Roman 1756-1763 (vers) Le marquis ne fait point mystère de son bonne fortune et je connais quelqu'un a qui il a avoué tout bonnement qu'il avait un grand plaisir à cocufier M. Masson [1761] 1756-1763 (vers). Paris sous Louis XV - Rapports des inspecteurs de police au roi <5 citation(s)>

De cocu, d'après les verbes en -fier, lat. -ficare (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 939