bignole

date : 1934 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 29

bignole

& bignolle

n.

Concierge, gardien(ne) d'immeuble ; (concierge d'hôtel ; sentinelle?)

Synonyme : concierge, portier

1952 Qu'est-ce qu'ils savent faire ? Interroger les bignolles. Les « policiers » c'est entièrement fabriqué dans la cervelle de vieilles filles qui n'ont jamais vu une paire de menottes 1952. Une fille du tonnerre
1937 par les ragots interminables, leur mesquinerie délirante « ménagère », « l'espionnite des bignolles », la rage, l'hystérie de tout médiocriser, de tout juger, de tout ravaler au plus bas 1937. Bagatelles pour un massacre
1937 C'est vous dire que je suis bignolle, pas délicat pour un rond 1937. Bagatelles pour un massacre
1998 et c'est tout de même mieux qu'il fasse d'emblée copain-copain avec le bignole. 1998. Il faut tuer René Dousquet !
2009 On a fait tout l'immeuble, personne n'a rien vu ni rien entendu. –Y compris le gardien ? reprit Boitel. –Il n'y a plus de bignole depuis une dizaine d'années 2009. Sang d'encre au 36
2012 la tenancière du tabac aurait fait une excellente « bignole », avec le talent qu'elle mettait à épier, pister, surveiller et, corollaire fréquent, colporter les ragots. Pour un enquêteur, elle était une auxiliaire inestimable. 2012. Des clous dans le coeur
1965 J'ai éclaté de rire, pour faire croire à la fille que je venais d'en raconter une bien bonne au bignole. 1965. Le Tigre entre en piste
1963 La bignole pensait à un jeune homme qui va faire une demande en mariage ou souhaiter la fête à sa tante 1963. Satan est là

<8 citation(s)>

BIGNOLLE, subst. fém. A. ,,Agent de la Sûreté`` (A.-L. DUSSORT, Des Preuves d'une existence, 1927, dép. par G. Esnault, 1938, p. 32). B. Arg. ,,Concierge`` (J. LACASSAGNE, L'Arg. du « milieu », 1935, p. 20) : En arrivant rue Elzévir, quand je suis repassé devant la loge, la bignolle elle m'interpelle : Hé dis donc! CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 209. Orth. Écrit bignole dans J. LACASSAGNE, op. cit. ÉTYMOL. ET HIST. 1. 1927 (A. DUSSORT, addenda, p. 30, apportés par ce détenu à SAINÉAN, Lang. parisien du XIXe S. cité par SAIN. Sources t. 3, p. 30 : Pour désigner un agent de la Sûreté, on dit : bourre, maton, matuche, matelot, bignolle, condé, etc.); 2. 1934, date donnée par ROB. Suppl. et ESN. 1966, sans attest.; 1935 bignole (J. LACASSAGNE, op. cit., p. 20 : Bignole. Concierge argot parisien); 1936 bignolle, supra ex. Issu de l'ang. bignolle « qui louche » (VERR.-ON.), déverbal de l'ang. bignoler « bigler, loucher, lorgner », p. ext. « examiner attentivement autour de soi, regarder d'une façon insolente ou indiscrète » (Ibid.) lui-même dér. de bigner « regarder » (VILLON, Ballades en jargon, éd. Lanly, V, 21 : Bignez la mathe sans targer). Bigner est prob. à rapprocher de guigner* regarder de côté, d'où les formations parallèles guignolle « gendarme » (DELVAU, v. FEW), guignol « id. » (v. FEW), v. guignol et FEW t. 1, p. 629 b et t. 17, p. 591a. (tlfi:bignole) /

Du mot régional bignolle « qui louche » (Anjou), de bignoler, lui-même de bigner « regarder » (Villon). Selon A.L. Dussort (Des preuves d'une existence, 1927, in T.L.F.), bignole aurait signifié dans la langue des détenus « agent de la Sûreté » (GR) / Issu de l'ang. bignolle « qui louche » (VERR.-ON.), déverbal de l'ang. bignoler « bigler, loucher, lorgner », p. ext. « examiner attentivement autour de soi, regarder d'une façon insolente ou indiscrète » (Ibid.) lui-même dér. de bigner « regarder » (VILLON, Ballades en jargon, éd. Lanly, V, 21 : Bignez la mathe sans targer). Bigner est prob. à rapprocher de guigner regarder de côté, d'où les formations parallèles guignolle « gendarme » (DELVAU, v. FEW), guignol « id. » (v. FEW), v. guignol et FEW t. 1, p. 629 b et t. 17, p. 591a (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).