éventer

registre ancien : 3 registre moderne : 3 fréquence : 10

éventer & éventer le truc ; éventer une ruse ; éventer un piège ; éventer le mystère ; s'éventer v.tr.

Découvrir, repérer (ce qui devait rester secret) ; se faire connaître, perdre de son secret

1999 En dépit du petit nombre d'initiés (des coureurs belges pour l'essentiel), le secret s'éventa peu à peu. 1999. Massacre à la chaîne 1915 un cri s'élève dans la nuit : –Wer da ? / C'est une sentinelle qui nous a eventés. 1915. Les poilus de la 9e 1861 La grande prétention du docteur Ipéca est d'éventer toutes les ruses que peuvent imaginer les hussards pareseux afin de se faire passer pour malades. 1861. Le 13e hussards. Types, profils, esquisses et croquis militaires... à pied et à cheval 2007 la rocambolesque affaire Clearstream. C'est grâce à sa vigilance que Sarkozy va « éventer » cette torpille destinée à l'abattre. –« Éventer » : que voulez-vous dire ? –Sarkozy est au courant de ce qui se trame depuis le début, disons, au printemps 2004. 2007. La défaite en chantant (Conversations avec Dominique de Montvalon) 1910 Des fois qu'ça s'rait un roussin qu'aurait éventé le truc ? 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) <5 citation(s)>

Loc. fig. Éventer la mine, la mèche. Deviner un secret; divulguer ce qui aurait dû rester secret. Il nous soutenait, avec le plus grand sang-froid du monde, que la mine n'était pas éventée, que les indications portaient nécessairement à faux (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 146).Il fallait tenir l'œil ouvert sur ce croisé naïf qui, par ses maladresses, pourrait bien éventer la mèche (Gide, Caves,1914, p. 786). − P. anal. et au fig. Deviner, pénétrer (un dessein secret) et (le) faire échouer. Quand elle commence à être grosse, on veut la marier; mais le futur évente une grossesse (Goncourt, Journal,1857, p. 316).Malheureusement les autorités damasquines éventèrent le complot et firent exécuter les chefs des assassins (Grousset, Croisades,1939, p. 132): 2. C'était [Mascha] une femme cruelle, logique, froide, jamais à court d'idées, d'une invention et d'une perversion sataniques quand il s'agissait de monter une nouvelle affaire, d'exécuter un attentat ou d'éventer les traquenards de la police. Cendrars, Moravagine,1926, p. 102. Faire connaître (ce qui aurait dû rester secret). Si l'on communique et si l'on accorde, on évente le livre (Hugo, Corresp.,1866, p. 525). Le gamin tenait à nous ménager également, nous qui pouvions éventer ses projets de futur défroqué (H. Bazin, Vipère,1948, p. 132). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 859