ouat

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1857 registre ancien : 7 fréquence : 6

ouat & ouatt ; ah, ouat ! ; aouat interj./juron

Exclamation ; oui ! (avec marque exclamative)

1935 Tu reconnaîtras que liquider un cent d'Intrans, c'est pas la mer à boire. Ah, ouat ! Il file jusqu'à Barbès et revient deux heures après. Sais-tu combien de canards il avait vendus ? Un, seul et unique ! 1935. Viande à brûler 1921 Ah ! ouatt ! dit-il. Allez voir quelque chose là-dedans ! 1921. La boue 1945 « Enfin ! pense Albert, on va pouvoir dormir. » Ah ! ouat ! La sirène, le ronron, ça siffle, et baoum ! baoum ! baoum ! Le vieil hôpital, qui n'en a jamais tant entendu, vibre tout entier. 1945. Quelques-uns des chars. 1939-1940 <3 citation(s)>

OUAT(TE),(OUAT, OUATTE), interj. Pop., fam. Synon. vieilli de ouiche (précédé le plus souvent de l'interj. ah). Bouchencoeur: Figurez-vous que j'étais arrivé jusqu'à mon âge sans avoir jamais été amoureux (...) et j'ai trente et un an... Grandcassis: Ah! ouat! Bouchencoeur: Eh bien, trente-cinq, là!... Grandcassis: Ah! ouat! Bouchencoeur: Mettons quarante... (Labiche, Noces Bouchencoeur, 1857, I, 3, p.142). Ah! ouatte, répondait Pierre Joal, pour la chose qu'on a à lui dire, va, doucement ou fort, c'est bien tout comme! (Loti, Matelot, 1893, p.208). Chameau! [dit Hour] Enfin, c'est fini [avec Hélène]. Il n'est que temps. L'autre [Cozal] haussa les épaules. −Ouat! Vous en seriez bien fâché (Courteline, Linottes, 1912, I, p.19). Prononc.: [wat]. Homon. ouate, watt. Étymol. et Hist. 1857 ouat (Labiche, loc. cit.); 1883 ouatte (Loti, Mon frère Yves, p.366: Barrada en sortant disait avec son accent bordelais: Ah! ouatte!). Orig. incertaine (FEW t.22, p.66a), peut-être altération de oui* (cf. ouais, ouiche). (tlfi:ouat) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 176