blairer

date : 1914 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 36

blairer

& se blairer ; ≠ ne pas blairer ; ne pas pouvoir blairer ; ne pas pouvoir se blairer

v.tr.

Apprécier, supporter, aimer, souffrir, sentir (fig.) ; < ≠ne pas aimer, détester, avoir horreur de, ne pas supporter, se détester (construction négative très majoritaire) ANG : to detest

Synonyme : détester, haïr, ne pas aimer

Famille : blair- (nez)

1950 en temps normal, avec Nathalie, ils ne pouvaient pas se blairer 1950. Ainsi soit-il 1957 Apparemment, je lui étais sympathique. Ça me changeait de celles que ne me blairent pas 1957. Les eaux troubles de Javel 1917 Les Boches sont au-dessus de ma tête, comme j'avais sous mes pieds des Boches quand j'étais en première ligne… Oui… Ben, je peux pas blairer ça 1917. La guerre sous terre 1961 Si c'est pas malheureux ! fit Dédé la Seconde en hochant la tête. Un type qu'a fait la guerre dans l'Intendance […] C'est depuis, peut-être, qu'il ne peut pas blairer l'uniforme 1961. Des fruits, des fleurs et du plomb 1953 Toi qui peux pas blairer les gradés, t'auras l'air fin avec ta sardine 1953. Allons z'enfants 1977 Il a enlevé l'éclat avec une épingle et s'est mis tout seul un pansement en disant : « Ça va, ça va, du balai, la conne », à l'infirmier qu'il peut pas blairer. 1977. Faut pas rire avec les barbares 1979 chaque fois qu'il voyait un « Arabe » – homme, femme, enfant – il essayait de l'écraser. Il a foutu un véhicule en l'air à ce petit jeu-là, cet abruti, il est parti dans les décors. […] –Les crouilles, je peux pas les blairer ! 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent. 1976 –Tu n'aimes pas Peraldi, hein ? –C'est mon problème que je puisse le blairer ou pas. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza <8 citation(s)>

BLAIRER, verbe trans. Pop. [Gén. en constr. négative] Ne pas (pouvoir) blairer. Ne pas (pouvoir) sentir, avoir en aversion : 1. Je suis antimilitariste parce que je ne peux pas blairer les officiers, dit-il [Boris] sur un ton conciliant. Les grivetons, je les aime bien. SARTRE, Le Sursis, 1945, p. 302. [En constr. interr. avec valeur négative] : 2. Poincaré est très populaire... Populaire? Dans votre Paris. Paris n'est pas la France. Il s'est mis bien du monde à dos au Ministère. Crois-tu que le Midi le blaire bien fort, ce cocardier? ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 204. [En constr. affirmative] Rare : 3. Nous qu'avions été jusqu'alors très bien blairés et peinards à l'autre bout de l'arrondissement, bien accueillis, bien tolérés, ... CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 586. Prononc. : [] ou [] harmonisation vocalique. Pt ROB. transcrit uniquement [e] fermé; WARN. 1968 réserve la prononc. avec [] ouvert au lang. soutenu, celle avec [e] fermé au lang. courant. Étymol. ET HIST. [1914 d'apr. ESN.]; 1915 (L. SAINÉAN, L'Arg. des tranchées, p. 116). Dér. de blair*; dés. -er. STAT. Fréq. abs. littér. : 20. (tlfi:blairer) /

Répond à la locution : avoir qqun dans le nez, ne pas pouvoir le sentir (SAIN-TRANCH) / De blair (GR) / Calque de : sentir, ne pas sentir (gb) / date d'au moins dix ans (erreur de Sainéan qui le croit nouveau) (Dauzat1917MdF) / Gauthiot y voit un ancien parisianisme et pas une nouveauté comme le dit Sainéan ; au moins dix ans (erreur Sainéan) (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 872