jaune

date : 1899 fréquence : 3

jaune

& parti jaune

Traître social, casseur de grève ; ceux qui ne font pas grève

1935 Le vieux invite Ropars à entrer dans le rouf. L'entretien se prolonge, Ropars ne veut pas se dégonfler. Je l'espère encore. Mais quand le matelot réapparaît, il nous apprend sa défection d'un hochement de tête. Masson descend à nouveau, appelle Merlin, Merlin va se faire chambrer, et le parti jaune s'augmente d'une unité. 1935. Mer Noire 1947 Le Populaire, par contre, invective « les jaunes » communistes 1947. Mon journal dans la drôle de paix <2 citation(s)>

Syndicats jaunes. [P. oppos. aux syndicats rouges liés aux thèses socialistes de la lutte des classes] Syndicats qui arboraient pour insigne un gland jaune et un genêt et défendaient un type d'action fondé sur la collaboration avec la classe dirigeante (cf. Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 88). Auj. [Pour les syndicats grévistes] Syndicat opposé à une grève, à une action revendicative. 1899 « ouvrier appartenant à un syndicat jaune » (d'apr. Esn.); (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 107