bouché

registre ancien : 8 registre moderne : 6 fréquence : 26

bouché & être bouché ; hermétiquement bouché adj.

Idiot, sourd, qui ne comprend rien, borné, stupide ; avoir l'esprit borné, qui ne comprend rien ; sourd

Synonyme : imbécile, idiot, bête, sourd, malentendant, désobéir

1900 parce que ses roussins sont tellement bouchés, qu'ils ne cherchent jamais du bon côté. 1900. Mémoires de Rossignol 1976 Il y a un cas rare, la fille intelligente, je m'entends bien avec elle. L'autre cas, c'est la fille qui est bouchée, pour qui je resterai une pratique. 1976. Dire nos sexualités 1927 on n'est pas bouchés, malgré notre air bête 1927. Les Pieds-Nickelés au Mexique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1937 À part les tortures formalistes et les scrupules rhétoriciens, ils resteront fortement bouchés, imperméables aux ondes vivantes 1937. Bagatelles pour un massacre 1846 Tu n'as pas d'idée, ma bonne petite nièce, comme cette fille est bouchée... Elle ne comprend rien ! elle m'ahurit 1846. Les chauffeurs du Nord 1896 Que vous êtes donc plus herméfitiquement bouché qu'une bouteille de limonade 1896. Le sapeur Camember 2002 Mais putain merde, vous êtes bouchés ou quoi ?? Dégagez !! 2002. Momo le coursier 1971 ou bien le quidam est « bouché » et l'on se quittera rapidement ; ou bien il a le bon goût de comprendre où elle veut en venir et il l'accompagnera dans ses emplettes 1971. Les étoiles filantes 1953 J'discute plus avec toi, t'es trop bouché 1953. Allons z'enfants 1978 Tu es muté à l'annexe de la rue Nationale. Voici ton bon de sortie. Tu dois y être à sept heures trente. […] –Mais… –Il n'y a pas de mais : tu as juste le temps d'y aller. […] Alors, t'es bouché ou quoi ? Tu ne connais pas le chemin de la sortie ? 1978. L'établi 1882 Reçu par un substitut très poli, mais absolument bouché aux questions d'art, il eut beau protester de la pureté de ses intentions, se défendre comme un diable 1882. Zola. Notes d'un ami <11 citation(s)>

BOUCHÉ, ÉE, part. passé et adj. Fig. [Pour signifier que qqn ne veut pas entendre, ne veut pas savoir qqc.; pour signifier sa volonté d'ignorer] : 12. ... la troublante indifférence du cœur humain à l'universalité du malheur; une indifférence qui n'était pas calcul, ni même égoïste, qui n'était peut-être pas autre chose que l'instinct de survivre, oreilles bouchées, yeux fermés, de survivre dans sa pauvreté quotidienne. G. ROY, Bonheur d'occasion, 1945, p. 65. Rem. 1. Pour bien rendre compte du refus de savoir, du refus de la réalité, de l'évidence, cette loc. se rencontre associée à cette autre : les yeux fermés. 2. Lar. 20e et Lar. encyclop. attestent l'emploi de la loc. avoir les oreilles bouchées au fig. avec le sens « ne pas être capable de saisir, de comprendre quoi que ce soit ». 13. ... il devient un petit bourgeois, fermé de tous les côtés de l'intelligence et de son autre vie; une espèce de petit boutiquier en goguette, aplati, bouché, méconnaissable, hébété par les ragots de femmes et bercé par les âneries et les rabâchages imbéciles... E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1867, p. 365. 14. ... il avait distingué les petits élèves les plus fermés, les plus bouchés, et les avait interrogés pour faire éclater leur incapacité, ... BARRÈS, Mes cahiers, t. 6, 1907-08, p. 167. (TLFi) /

1690 au sens fig. : un esprit bouché ; XVIIIe, sans complément : imbécile (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 745