cureton

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1916 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 12

cureton n.m.

Curé, prêtre, religieux, clergé, ecclésiastique

Synonyme : prêtre, curé, moine, aumônier, séminariste Morphologie : -eton Usage : religion

1947 Herriot et sa pipe sont perimés, Thorez n'est applaudi que par les communistes, Schumann est l'homme des curetons 1947. Mon journal dans la drôle de paix 1994 Elle lui avait gâché son café au lait et ses croissants, et maintenant il fallait qu'il reçoive tous ces curetons. Vieil anticlérical, champion de l'école laïque, Eugène détestait les curés. […] –Faites entrer les corbeaux ! 1994. La guerre des gusses 1965 Ce cureton fume le cigare, c'est son droit. Il n'y a pas d'article dans l'Évangile où il est dit que les curetons doivent s'en tenir à la sèche. 1965. Le Tigre entre en piste <3 citation(s)>

CURETON, subst. masc. A.− Jeune prêtre. Synon. curaillon : [Le curé :] ... là où je suis, je le savais, j'ai défense d'écrire et défense de parler. Ils ont mis aussi un petit cureton blafard dans mes jambes. Giono, L'Eau vive, 1943, p. 279. B.− Fam. (Petit) prêtre, prêtre de petite paroisse. Synon. curaillon, curé. À mort les curetons ! À bas la calotte ! (Fallet, Banlieue s.-e.,1947, p. 27). Ils ne résistaient pas au plaisir de « scandaliser le cureton » (Vialar, Mort viv., 1947, p. 111). Pinette désigna l'église : − C'est plein de curetons, là dedans (Sartre, Mort âme,1949, p. 103). Prononc. et Orth. : [kyʀtɔ ̃]. Var. curaton ds la docum. (cf. Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 105). Étymol. et Hist. 1916 cureton « prêtre » (arg. des soldats ds Esn.); 1936 (Aragon, Beaux quart., p. 108). Dér. de curé*; suff. -(et)on2*. Fréq. abs. littér. : 18. (tlfi:cureton) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 901