bombarder

registre moderne : 4 fréquence : 8

bombarder

& se bombarder ; bombarder qqun à un emploi

v. intr.

Promouvoir, faire élire (élections), nommer (à un poste), nommer subitement qqun à un poste généralement important (qui n'a pas toujours le talent ou le mérite exigé, par faveur politique, etc.) ; se promouvoir, se faire (statut, profession)

1985 Prouteau, cet officier de gendarmerie que Mitterrand a bombarbé responsable à l'Elysée de la lutte anti-terroriste, service dont les premiers exploits à Vincennes font rire tout le monde, sauf quelques Irlandais sans conséquence 1985. Un flic de l'intérieur
1927 Si demain j'ai pas eu raison des lascars, tant pis pour Bibi ! J'rends mon tablier et m'bombarder marchand de marrons 1927. Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
1927 J'ai envie […] de nous bombarder présidents de la République, ça manque à notre bonheur 1927. Les Pieds-Nickelés au Mexique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
1947 Ce docteur, grand manitou du R.N.P. dans la région, avait bombardé notre épicier représentant local 1947. Mon journal dans la drôle de paix
1880 Est-il besoin de dire que Chikowski n'avait aucune espèce de talent. C'était un garde-chiourme en qui s'était éveillé le goût de la bâtisse et qu'on avait bombardé ingénieur de tous les ponts et de toutes les chaussées avoisinant le campement. 1880. Souvenirs d'un déporté - Étapes d'un forçat politique

<5 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).